Les Ogres-Dieux : Petit

14

10 janvier 2015 par Lunch

ogres-dieux01_petit

avatar_lunch

Lunch

Il était une fois un homme d’une taille impressionnante, dépassant de deux têtes les gens de la vallée. Nul ne savait d’où il venait mais il parlait sans cesse de revanche. Il bâtit son château sur la montagne puis partit en campagne pour étendre son territoire.
L’homme était craint, redoutable sur le champ de bataille. C’est là qu’il fit la rencontre d’une femme comme on en fait peu : téméraire et guerrière comme lui. Il la conquis force d’insistance et de malice. De leur union naquit un enfant d’impressionnante constitution, laissant sa génitrice sans vie. Il était le premier d’une longue fratrie d’ogres dont la démesure n’avait d’égal à la cruauté. Ils étaient sa revanche…

La dynastie des Ogres-Dieux règne ainsi depuis de longues générations, asservissant les hommes pour les plus cléments, s’en nourrissant sans vergogne (et avec appétit) pour les plus impitoyables. Condamnés à la consanguinité pour accroître leur grandeur, ils ne se rendent pas compte du déclin qui les menace…

C’est dans cette atmosphère entre luxure et dégoût que vient au monde un ogre dont la taille est inversement proportionnelle au gigantisme de ses aînés. Son père le Roi Gabaal le trouve si insignifiant qu’il le renie. Ses frères aussi voraces que benêts veulent en faire leur repas. Sa mère, au contraire, voit en lui l’avenir : il sera sa revanche, l’ogre qui de par sa taille, dépassant de deux têtes celle des hommes, saura redonner à son peuple les lettres de noblesse qu’il a perdu, marchant sur les pas du Fondateur.

Mais ceci est une autre histoire et ce n’est pas à moi de vous la conter : pour cela il vous faut absolument lire le dernier « petit » bijou d’Hubert et Bertrand Gatignol.

petit_illus01

Les Ogres-Dieux – Hubert & B. Gatignol © Soleil 2014

 Horreur et poésie

Je ne suis pas toujours sensible aux charmes des travaux d’Hubert (notamment en tant que coloriste) mais je reconnais dans cet album (que certains soupçonnent être le premier d’une série mais qui pourrait aussi bien se suffire à lui-même) tout le talent de l’auteur finistérien.
Nous avions déjà pu l’apprécier sur Beauté, Hubert se plaît dans l’univers des contes et sait les digérer pour mieux se les approprier. Les Ogres-Dieux (ou Petit, appelez cet album comme vous le voulez) réutilise à merveille le folklore de ces géants sanguinaires, connus depuis l’Antiquité (Orcus) et formalisés par la plume de Charles Perrault (Le Petit Poucet, Le Chat botté, Barbe bleue…).
On retrouve avec beaucoup de plaisir la majesté des ogres, la peur qu’ils suscitent chez les hommes, la richesse due à leur statut et leurs manies gloutonnes. Mais c’est dans les explorations narratives d’Hubert qu’on se complaît le plus, car il dépeint un monde qui paraît neuf et pourtant si emprunt de nostalgie.

En alternant les phases d’action brute (la bande dessinée) et les pauses descriptives historiques (qui s’épanchent dans la généalogie si atypique des ogres), l’auteur parvient à nous plonger autant dans le souvenir si propre aux contes de notre enfance que dans l’émerveillement présent de savourer une histoire case par case comme on les aime, finement ciselée par la main de son compère Bertrand Gatignol.

Hubert joue avec les proportions et déforme les perspectives, de l’immensément grand à l’infiniment petit, créant par moments (car il en est aussi qui soient nauséeux) une savoureuse et poétique osmose entre les hommes et les géants :

« Parfois, il s’endormait sur le sein de cette femme paysage, et elle le berçait doucement. »

petit_illus02

Les Ogres-Dieux – Hubert & B. Gatignol © Soleil 2014

 À chaque bijou son orfèvre

Le talent de conteur d’Hubert se suffirait peut-être à lui-même – il le démontre bien dans ses extraits du « Livre des aïeux » – mais il s’agit ici d’une bande dessinée et Bertrand Gatignol est le parfait compagnon pour illustrer cette histoire d’ogres, lui qui avait déjà sévi dans Pistouvi/Jeanne avec un impressionnant « géant au tracteur ».

Je parlais plus haut de ciselures. C’est l’effet que donne sa grande maîtrise du clair-obscur : traits blancs sur fond noir et inversement, donnant aux ombres une ambiance si particulière et aux décors gothiques un charme à la (dé)mesure des géants qui les habitent.

Le travail de Bertrand Gatignol est un régal pour les yeux, chaque planche fourmillant de détails. Un décorum où le miniature côtoie le divin et qui n’est pas sans rappeler Jolies Ténèbres (dans la comparaison de tailles mais aussi dans « l’appétence »). Voir évoluer un être ridiculement petit (bien qu’un beau bébé à l’échelle des hommes) dans cette architecture titanesque est un plaisir dans lequel les ogres paraissent plus des monstres que des dieux.

D’autres avis : Yvan, David Fournol, Fab Silver
Les Ogres-Dieux : Petit (One shot)
Scénario : Hubert
Dessin : Bertrand Gatignol
Édition : Soleil 2014
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

14 réflexions sur “Les Ogres-Dieux : Petit

  1. Jerome dit :

    C’était mon unique choix au dernier masse critique de Babelio. Je l’attends impatiemment. Je guette ma boîte tous les jours mais elle reste désespérément vide !

    J'aime

  2. Lunch dit :

    J’avais loupé ce Masse Critique mais je me suis directement servi en librairie. Je comprends ton impatience, c’est un beau livre !

    J'aime

  3. […] (Philippe Squarzoni) 19. Océan d’amour, Un (Wilfrid Lupano & Grégory Panaccione) 20. Ogres-Dieux, Les (Petit) (Hubert & Bertrand Gatignol) 21. Petites coupures à Shioguni (Florent Chavouet) 22. Quatre sœurs #2 (Malika Ferdjoukh, Cati […]

    J'aime

  4. […] (N) Les Ogres-dieux tome 1- Petit    […]

    J'aime

  5. […] (N) Les Ogres-dieux tome 1- Petit    18.83 Hubert, Bertrang Gatignol, […]

    J'aime

  6. […] faire (re)lire aux lecteurs. 1- (=) Yossel, 19 avril 1943       19 Joe Kubert, Delcourt 2- (=) Les Ogres-dieux tome 1- Petit    18.83 Hubert, Bertrang Gatignol, Soleil 3- (=) Le journal de mon père 18.67 Jiro Taniguchi, […]

    J'aime

  7. […] (=) Les Ogres-dieux tome 1- Petit    […]

    J'aime

  8. […] (=) Yossel, 19 avril 1943       19 Joe Kubert, Delcourt 2- (=) Les Ogres-dieux tome 1- Petit    18.83 Hubert, Bertrang Gatignol, Soleil 3- (=) Le journal de mon père 18.67 Jiro Taniguchi, […]

    J'aime

  9. […] (=) Yossel, 19 avril 1943, 19, Joe Kubert, Delcourt, voir mon avis sur Yossel, 19 avril 1943 2- (=) Les Ogres-dieux tome 1- Petit, 18.83, Hubert, Bertrang Gatignol, Soleil 3- (=) Le journal de mon père, 18.67, Jiro Taniguchi, […]

    J'aime

  10. […] (=) Yossel, 19 avril 1943, 19, Joe Kubert, Delcourt, voir mon avis sur Yossel, 19 avril 1943 2- (=) Les Ogres-dieux tome 1- Petit, 18.83, Hubert, Bertrang Gatignol, Soleil 3- (=) Le journal de mon père, 18.67, Jiro Taniguchi, […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :