Hommes à la mer

4

16 janvier 2015 par Badelel

hommes-a-la-mer

Badelel

Badelel

Après A bord de l’Étoile Matutine et Loup des Mers, Riff Reb’s reprend le large avec un recueil de nouvelles maritimes (et plus si affinité).

Pour ma part je n’ai pas encore lu L’étoile Matutine (encore un bouquin qui attend patiemment sur les étagères), mais Loup des Mers ne m’avait pas laissée de marbre. Qu’en est-il de celui-ci ? Un engouement beaucoup plus modéré, certes, mais un certain engouement tout de même.

Riff Reb’s continue d’exceller dans l’adaptation, ce qui reste un point important pour moi. Loin de vouloir à tout prix coller du blabla dans des bulles, l’auteur respecte largement les textes d’origine, les insérant tout en douceur dans de discrets cartouches, et donnant à l’image toute sa place, élaguant les descriptions qui peuvent l’être. Une fois de plus, je suis convaincue par Riff Reb’s dans ce domaine.

Là où je le suis moins, c’est dans le format. D’une façon générale je ne suis pas une grande fan des recueils de nouvelles. Des nouvelles seules peuvent éventuellement me séduire – encore que les contraintes de ce genre littéraires font que je reste régulièrement sur ma faim – mais l’enchainement d’histoires n’ayant rien à voir les unes avec les autres ne m’a jamais paru digeste. La prochaine fois, j’anticiperai mieux : je les lirai séparément. Ou pas. Toutefois, Riff Reb’s a encore sélectionné la crème de la crème, allant piocher parmi les maîtres du genre.

D’une façon générale, une approche fantastique et sombre semble être le fil rouge de cet album. Admettons au passage que les auteurs choisis ont généralement vécu au cours du XIX° siècle, éventuellement de la première moitié du XX° siècle (exception faite de Homère – que fait-il là ? nous y revenons dans quelques lignes), période à laquelle il était de bon ton de suivre le mouvement initié par les romantiques (Mary Shelley, Edgar Poe, Prosper Mérimée, tout ça…). Notons toutefois que certains titres font exception tels Un sourire (de la fortune) ou encore Le naufrage, moins sombres, moins fantastiques et plus volontiers distrayants. Hommes à la mer porte en tous cas bien son titre, La Chiourme nous montre à quel point les femmes n’ont pas leur place dans ce monde-là !

Cela dit, Riff Reb’s nous réserve ici une jolie surprise. Entre chacune des 8 nouvelles adaptées ici en bande dessinée, l’auteur a inséré un texte extrait d’une œuvre plus conséquente (L’Odyssée de Homère ou Les travailleurs de la mer de Victor Hugo) non pas adapté en BD comme c’est le cas pour les nouvelles mais simplement accompagné d’une illustration ne manquant pas d’évoquer les gravures du XIX° siècle. On serait tenté de dire que ces entractes interrompent la continuité du récit, mais faisant en réalité l’intermède entre deux histoires complètement différentes, ils préparent finalement le lecteur au changement de ton.

Changement également accompagné par l’ambiance graphique propre à chaque histoire. Mais point ici de planches immenses comme on a pu en admirer sur Loup des Mers : l’homme n’y est jamais bien loin de la terre ferme. Pas de déception pour autant car la beauté des illustrations des extraits intermédiaires compense largement et que certaines nouvelles offrent des cases toujours époustouflantes.

Lunch

Lunch

« Homme à la mer, hommage amer… »

Lorsqu’il a fait À bord de l’étoile Matutine, Riff Reb’s ne prévoyait pas encore d’écrire une « trilogie de la mer ». Ce n’est qu’une fois le projet Loup des mers mis à l’eau que la question s’est posée. Pourquoi pas ? Sauf que l’auteur n’a pas trouvé dans ses lectures maritimes d’œuvres suffisamment fortes, du moins aussi inspirantes que les deux précédentes, pour en adapter une troisième. C’est alors que lui est venue l’idée de modifier le confortable fonctionnement dans lequel il s’était installé, en proposant non pas une histoire complète mais un recueil de nouvelles. Des extraits choisis pour leur puissance évocatrice qui sont autant d’hommages à de grands écrivains et autant d’amers pour le lecteur, qui pourra ainsi s’ouvrir au champ des possibles.

« Il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer. »

Le livre propose ainsi une alternance entre les nouvelles adaptées des œuvres de Joseph Conrad (Un sourire), William Hope Hodgson (Les Chevaux marins, Le Dernier Voyage du Shamraken), Pierre Mac Orlan (La Chiourme, Le Grand Sud), Edgar Allan Poe (Une descente dans le maelström), Marcel Schwob (Les Trois Gabelous) et Robert Louis Stevenson (Le Naufrage), toutes choisies pour leur caractère ironique et noir, et des extraits bruts de romans qui sont autant de pauses entre les nouvelles. Ces extraits (L’Odyssée d’Homère ; Kernok le pirate d’Eugène Sue ; Malgorn le baleinier d’Émile Condroyer ; Le vaisseau des morts de B. Traven ; Un typhon au large des côtes du Japon de Jack London ; Les travailleurs de la mer de Victor Hugo ; Le sphinx des glaces de Jules Verne) restituent les textes originaux bruts et sont illustrés par un beau dessin noir et blanc pleine planche fleurant bon avec les gravures qui accompagnaient nos lectures d’antan.

« Capitaine ! Le navire est en train de sombrer !!!
_ C’est très bien, Monsieur Spoker, mais est-ce une raison pour vous promener à moitié rasé ?
Si vous réfléchissez un peu, Monsieur Spoker, vous verrez qu’aux yeux du philosophe, notre situation n’a pas changé.
Si vraiment le navire doit sombrer, on peut affirmer qu’il n’a cessé de le faire depuis qu’il fut mis à la mer.
Faites-moi plaisir, allez vous raser.
»

Il est rare dans un recueil que toutes les histoires soient du même niveau. Ici, pourtant, j’ai ressenti cette impression. Bien sûr j’ai des préférences : pour le récit teinté de rouge de La Chiourme ou pour le flegmatique humour très anglais du Naufrage de Stevenson. Mais on a la sensation que Riff Reb’s a traité tous les récits sur le même pied d’égalité, avec le même soin.
La technique graphique qu’il avait employée dans les précédents opus, ces « cahiers » aux tons changeants et qui marquaient les différents chapitres, trouve ici une utilisation plus justifiée : chaque histoire a sa propre identité.

Hommes à la mer est une belle façon de conclure cette « trilogie » d’adaptations littéraires. Il ne nous reste plus, pour ceux qui veulent poursuivre l’aventure au grand large, qu’à lire ou relire ces romans maritimes que l’esquisse de Riff Reb’s nous a donné envie d’ouvrir.

D’autres avis : Champi, Yvan, David Fournol, Fab Silver, Yaneck
Hommes à la mer (One shot)
Œuvres originales (Nouvelles) : William Hope Hodgson
, Homère, Pierre Mac Orlan, Eugène Sue, Émile Condroyer, Marcel Schwob, B. Traven,  Joseph Conrad, Jack London, Robert Louis Stevenson, Victor Hugo, Edgar Allan Poe, Jules Verne
Scénario : Riff Reb’s
Dessin : Riff Reb’s
Édition : Soleil 2014
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

4 réflexions sur “Hommes à la mer

  1. jerome dit :

    Je suis totalement fan de nouvelles, en BD ou ailleurs, donc les bémols de Badelel ne me chagrinent pas. Et puis bon, c’est Riff Reb’s quand même donc, forcément, on en prend plein les yeux.
    De toute façon je vais bientôt me faire mon propre avis puisqu’il vient d’arriver dans ma pal.

    J'aime

    • Lunch dit :

      C’est sûr qu’après Loup des mers, difficile de faire aussi fort. Mais le format court permet aussi de faire découvrir une thématique riche tout en se focalisant sur le meilleur de chaque récit.
      En tout cas j’aime bien les nouvelles moi aussi et avouons-le franchement : Riff Reb’s est super fort pour les adaptations.

      J'aime

    • Badelel dit :

      Ca reste une excellente BD ! Je la trouve juste un peu en dessous de Loup des Mers

      J'aime

  2. […] très courts et insuffle une énergie supplémentaire par son approche graphique remarquable. » Lunch : « On a la sensation que Riff Reb’s a traité tous les récits sur le même pied […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :