Manabé Shima

2

8 février 2013 par Lunch

manabe_shima

avatar_lunch

Lunch

Florent Chavouet est un amoureux du Japon. Lorsqu’il s’y rend pour la première fois, en 2004 (il n’a alors que 24 ans, sacré veinard va !), il profite de son temps libre pour parcourir la ville de Tôkyô à vélo et pour coucher sur papier ses premiers croquis, qui donneront plus tard naissance (en 2008) à Tokyo Sanpo, son premier livre (paru il y a peu au Japon, une chouette consécration pour ce chouette auteur français).
Durant l’été 2009, il décide de partir à la découverte d’une 3ème île de l’archipel japonais (sur près de 4000 répertoriées). On lui conseille le séjour touristique sur ShiraishiShima, mais il préfère débarquer sur sa modeste (et moins touristique) voisine : ManabeShima. Il y découvre une communauté essentiellement tournée vers la pêche, dont la population décline à vue d’œil.

« Dans le catalogue japonais, on trouve des îles industrielles, des îles artificielles, des îles sacrées, des îles musées, des îles formol, des îles atoll, des îles balnéaires, des îles bleu-vert, des îles sauvages, des îles sans âge, des îles connues, Shikoku, et même des îles où l’on pêche et l’on boit.
Ça tombe bien, je ne sais pas pêcher.
»

Florent Chavouet restera deux mois sur ManabeShima (littéralement « L’île de Manabe ») et il en résultera donc le magnifique album qui fait l’objet de cette chronique : Manabé Shima ! Inutile de vous dire qu’il n’y a pas d’accent sur les noms japonais… enfin, techniquement on devrait même l’orthographier ainsi : , mais je ne me permettrais pas de faire un article uniquement en japonais, d’une part parce que vous n’y comprendriez rien, et surtout parce que j’en serais bien incapable.

Dès le départ, il se dégage une grande sympathie pour ces gens simples, pour la plupart des pêcheurs et pour certains de grand amateurs de Shôshû (alcool à base de blé). Ils sont accueillants et invitent le jeune voyageur à partager leur vie pendant son séjour. Florent Chavouet les accompagne donc à la pêche, découvre la culture locale, les événements de l’île, les fêtes, les célébrations religieuses, etc.
Tout cela il nous le fait partager via son album, un véritable carnet de voyage très saveur locale.

Et qui dit carnet de voyage dit illustrations… Quelle claque !
Les illustrations de Florent Chavouet sont magnifiques. Il utilise une technique aux crayons de couleurs particulièrement soigneuse. C’est très coloré et vivant. Il décrit ses rencontres, il dépeint ce qu’il voit. Il présente les personnes qu’il croise et décrit même les intérieurs des maisons dans lesquelles il est invité dans une perspective bluffante, on s’y croirait !
Des annotations nous permettent de partager ses réflexions et ses découvertes. Elles font vraiment partie du dessin, s’enroulant parfois autours des décors mais le plus souvent liées à l’illustration par des flèches. Et dans une typo à la fois atypique et agréable qui plus est.

C’est un carnet de voyage au sens premier du terme mais il reste très très fluide et particulièrement lisible.
Contrairement à Un printemps à Tchernobyl ou À nous deux, Paris, il ne s’agit par d’un récit structuré dans des cases. Contrairement à Un américain en balade, on n’a pas cette sensation de temps qui passe, Florent Chavouet ayant décidé de ne pas inscrire son histoire dans une temporalité qui défile jour après jour. Pourtant on retrouve quand même une sorte de fil conducteur qui démarre à son arrivée sur l’île et qui nous amène jusqu’à son départ deux mois plus tard.

« Et pour les mamies plus pressées, il y a la MINI-CAR !
Le chaînon manquant entre la tondeuse à gazon et l’automobile.
»

Manabé Shima est un album plutôt long à lire. Régulier dans sa forme, il n’y a pas de longueurs pour autant. Tout est absolument essentiel ! Et c’est sans aucun doute grâce à cet humour décalé présent dans chaque page, grâce à ces annotations précieusement loufoques et pourtant très instructives. Et puis c’est beau de bout en bout, alors on reste sur chaque page pour les contempler dans les moindres détails. C’est un travail de fourmis, alors forcément : on admire.
J’en viens à me demander comment il a bossé sur cet album. J’imagine bien qu’il a pris ses croquis sur le vif… mais a-t-il le temps de les coloriser sur place ? Ça doit prendre un temps fou !

Une chose est sûre : on a aimé partager cette vie simple faite de pêche et de découvertes. On avait déjà envie d’aller au Japon, on aurait maintenant envie de faire un crocher par ManabeShima, c’est malin !
En plus, on a déjà la carte des lieux (une gigantesque carte de l’île, à détacher en fin d’album), évidemment dessinée aux crayons de couleur.

Badelel

Il m’a fallu 2 bonnes années pour me décider à ouvrir Manabe Shima… Une fois de plus, merci K.BD !!!
Je savais que les dessins étaient chouettes, mais le format « carnet de voyage » avec des dessins dans tous les sens me rebutait un peu. La vérité c’est que je n’ai jamais dû l’ouvrir car je n’aurais pas hésité une seule seconde.

Première page : WOUH ! Il dépote au dessin, Chavouet
Deuxième page : HAN ! Les portraits sont superbes !!!
Troisième page : NAN MAIS C’EST TROP BEAU !!!

Voilà, y’a pas de secret, Chavouet possède une maîtrise insoupçonnée du crayon de couleur. Je ne savais même pas qu’il était possible de faire des dessins si beaux avec un outil si rudimentaire !!! Plus on avance dans le livre, et plus on est scotché par le talent de Chavouet. Ombres et lumières, expressivité et ressemblance des personnages, nuances… Tout se joue au crayon de couleur avec une parfaite justesse.
La rondeur du dessin, des personnages aux décors, donne au lieu et aux protagonistes une innocence et un art de vivre qui témoignent au passage d’un séjour manifestement apprécié par l’auteur.

Quant au format « carnet de voyage », loin de jeter au hasard des objets sur une page comme j’en avait le souvenir, et donc de rendre la lecture imbuvable, Chavouet présente des scènes de vie, des anecdotes, décrit des lieux, le tout minutieusement annoté de remarques permettant de prendre tout l’intérêt de ce qui est représenté. On dépiaute petit à petit chacune des facettes de l’île, chaque caractère de ses habitants, chaque événement du quotidien, le tout avec humour et décontraction.

Par humour, je ne veut pas dire qu’il pointe du doigt les défauts de tel ou tel personnage avec une plume acerbe… Non-non-non, au contraire son humour touche au décor, à la faune, aux objets et crée laissent une impression de bonheur simple et rustique.
C’est pas compliqué : quand on lit Manabe Shima, on est heureux et on oublie tout le reste !

Une lecture que nous partageons avec Mo’. Courrez lire son avis !

D’autres avis encore : Nico, JérômeChoco, Champi
Manabé Shima (One shot)
Scénario : Florent Chavouet
Dessin : Florent Chavouet
Édition : Philippe Picquier 2010
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “Manabé Shima

  1. Lunch dit :

    Par Mo le 08/02/2013 :

    En fait, j’avais un peu prévu d’en parler de vive-voix avec vous le week-end dernier parce que j’ai vraiment adoré cet album. Mais bon… j’ai rapidement vu que vous n’étiez pas disposé à lâcher des infos sur votre ressenti… Mouarfff 😛

    Par Lunch le 08/02/2013 :

    C’est à dire que le ressenti, on l’avait pas encore à ce moment-là 😀

    Par jerome le 08/02/2013 :

    Un superbe album. J’avais adoré le graphisme et coté dépaysant.

    Par Lunch le 09/02/2013 :

    J’ai été lire ta chronique tout à l’heure, je pense qu’on partage cet enthousiasme : c’est beau !

    Par Yaneck le 12/02/2013 :

    J’ai bien aimé, moi aussi. En bon fan du Japon, il m’a donné très très envie de m’y rendre. Yaneck, fan frustré.
    Il y a une très belle ambiance dans cet album. Je n’avais pas noté qu’il travaillait aux crayons de couleurs, c’est cette technique qui crée beaucoup pour cette « good vibration ».

    http://www.chroniquesdelinvisible.com/article-manabe-shima-la-bd-du-mercredi-97599616.html

    Par Lunch le 12/02/2013 :

    Eh oui, il donne très très envie le bougre ! Nous aussi nous sommes frustrés, mais heureux quand même parce que grâce à lui on a vu une belle île… et on a un peu voyagé aussi 🙂

    J'aime

  2. […] conquis par Manabe shima et Tokyo Sanpo ? Nous vous proposons d’en remettre une couche avec un retour inattendu de […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :