Le chanteur perdu

Poster un commentaire

4 avril 2021 par Lunch

Lunch

Lunch

Rémy Bé, ce nom ne vous dit rien est c’est normal, cela fait partie des altérations mineures que Didier Tronchet a apportées vis à vis de la réalité, alors qu’il raconte le récit de Jean, un bibliothécaire parti dans une folle quête à la recherche d’un chanteur perdu, découvert quelques 30 années plus tôt.
Cette cassette audio glanée chez un voisin de palier, ces chansons désinvoltes aux textes taillés au couteau… cette voix posée, familière, l’a accompagné tout au long de sa vie. La voix d’un parfait inconnu et pourtant si intime. Victime d’un burn-out, Jean remet sa vie à plat et décide de partir à l’aventure du jour au lendemain, une enquête qu’il mènera pas à pas au gré des maigres indices laissés dans les paroles des chansons.

« Cette fois, j’en étais sûr : il y a bien un dieu pour les enquêteurs foireux ! »

Didier Tronchet (Jean-Claude Tergal, Houppeland) l’explique dans la postface, « en tant que lecteur, j’aime à croire que l’auteur à tout vécu » et la fiction qu’il écrit reflète une grande part de vérité et révèle une grande part de lui-même, en l’occurrence son attachement viscéral à ce chanteur bien réel qu’il a vraiment cherché à retrouvé.

« Ah, c’est vous, Rémy Bé !… Entrez…
C’est pas mal vous savez, votre affaire… ça vaut le coup ! »

L’album était, pour ceux qui le souhaitaient, vendu dans une édition collector avec un 45 tours de Jean-Claude Rémy (le véritable nom du fameux chanteur perdu). Pour ceux qui comme moi n’ont pas de tourne disque (quelle tristesse), Didier Tronchet à partagé sur son site quelques chansons de son idole et que j’ai pu écouter avec beaucoup d’attention. Un régal musical qui, sous bien des aspects, nous rappelle aux grandes chansons de ces fins d’années 70, là l’intonation de Renaud (Acidulés), la syntaxe de Lily avec le phrasé taquin de Pierre Perret (Marion), la sobriété d’un accord de guitare, l’humour et l’usage des mots claquants d’un Georges Brassens ou la voix puissante et douce de Pierre Bachelet (La pariade). C’est un peu tout ça Jean-Claude Rémy et ce n’est pas étonnant que Pierre Perret soit tombé sous le charme au point d’enregistrer ces chansons sous son label.
Par ailleurs, Jean-Claude Rémy fait un inestimable cadeau à Didier Tronchet en lui offrant une maquette de Chansons du ponton. Le poids des années est passé par là mais la voix reste forte et touchante.

♪ « Salut, tous les corniauds, les indéfinissables, sans terre ni drapeau, les quatorzièmes à table, que mauvais vent, que temps violents, haine et slogans, déracinèrent… » ♫

Je m’épanche sur le son. Il est intimement lié à la bande dessinée, toujours présent, en filigrane.
En bref, c’est une belle histoire, émouvante. Le récit incroyable d’une rencontre incroyable.

Le chanteur perdu - Extrait

Le chanteur perdu – Didier Tronchet © Dupuis 2020

D’autres avis : Jérôme, Mo’, Moka, Noukette
Le chanteur perdu (One shot)
Scénario : Didier Tronchet
Dessin : Didier Tronchet
Édition : Dupuis 2020
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :