Empire State : Une histoire d’amour (ou pas)

Poster un commentaire

29 novembre 2020 par Lunch

Lunch

Lunch

Jimmy reprend du service dans un premier rôle, comme (presque) toujours avec Jason Shiga. Nous l’avions découvert en France sur le tournage de Fleep, coincé dans une cabine téléphonique, puis de Vanille ou Chocolat ?, dans lequel il peut apprendre, dans l’univers des possibles, comment devenir immortel. C’est sur Demon que Jimmy Yee le devient vraiment.

Dans Empire State, l’auteur renvoie son acteur fétiche dans sa chère et tendre ville d’Oakland (Bookhunter, Demon) mais n’aborde pas cette fois les thématiques qui lui sont chères, à savoir les mathématiques et la science fiction. Il est cette fois question d’amour… ou pas !

« Je sais que cela va te sembler à la fois banal et délirant. Je sais aussi que cette lettre t’apparaîtra peut-être comme la plus sordide que tu aies jamais reçue, et que tu te sentiras désormais définitivement mal à l’aise en ma présence. Je t’attendrai en haut de l’Empire State Building, tu ne viendras pas : je rentrerai à Oakland, je vieillirai, je mourrai seul, on appellera ça une vie. Mais au moins, dans cinquante ans, quand je serai sur mon lit de mort, seul, décrépit et avec une aiguille de morphine plantée dans le bras, je n’aurai pas le regret de ne pas avoir essayé. »

C’est Sara qui endosse le second rôle dans cette histoire, elle qui était aussi l’agent Finch dans Bookhunter, que l’on pouvait rencontrer à Ultima – destination possible du QALMAR – dans Vanille ou Chocolat ? et qui avait encore un rôle mineur dans le premier tome de Demon.

Les acteurs sont ici balancés entre plusieurs époques :
– Leur rencontre à Oakland alors qu’ils ont entre 22 et 25 ans, dépeinte dans une bichromie de rouge ;
– Le présent, teinté de bleu, est le moment où Jimmy va quitter sa ville de toujours pour le lointain New-York, afin de tenter de retrouver (et conquérir le cœur de) son âme sœur ;
– Le futur est quant à lui représenté par un mélange des deux couleurs (trichromie), avec un usage du trait différent pour marquer le futur lointain du futur proche.

Le livre est composé de scènes alternant les moments-clefs et mélangeant allègrement les époques, ce qui va nous demander un petit exercice mental pour reconstituer le récit dans le bon ordre chronologique.

Empire State sort un peu du cadre habituel de Jason Shiga, dans un récit finalement plus conventionnel. Il s’inscrit néanmoins dans la grande trame de l’auteur, pour qui la métaphysique est un jeu : à l’image de la pièce de monnaie qui peut tomber à la fois sur pile ou sur face (Vanille ou Chocolat ?), l’amour peut avoir deux visages selon l’usage de la temporalité. Tout est une question de timing !

Empire State : Une histoire d'amour (ou pas) - Extrait

Empire State : Une histoire d’amour (ou pas) – Jason Shiga © Cambourakis 2020

Empire State : Une histoire d’amour (ou pas) (One shot)
Scénario : Jason Shiga
Dessin : Jason Shiga
Édition : Cambourakis 2020
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :