La guerre de Catherine

Poster un commentaire

24 juin 2018 par Lunch

Lunch

Lunch

« Soleil au zénith, inutile d’insister.
À cette heure-ci, je ne ferai rien de bon.
L’heure du midi n’offre aucune ombre, aucune place aux demi-teintes ni aux clairs-obscurs.
Rien ne vaut la fin de journée, entre chien et loup, quand le jour s’estompe peu à peu.
On se revoit à ce moment-là, mesdemoiselles. »

Attendre le bon moment, celui qui saura capter la lumière, « saisir les instants où les visages se marquent d’émotion. » Rachel se plaît à la Maison de Sèvres, cette école peu ordinaire dans laquelle elle grandit, apprend l’art de la photographie et se nourrit allègrement d’une philanthropie criante dans une époque trouble.
Car Rachel, comme l’ensemble du peuple juif, va rapidement devoir fuir et sans cesse se cacher pour échapper à la vigilance des nazis et autres collabos.

La guerre de Catherine - Extrait

La guerre de Catherine – Claire Fauvel © Rue de Sèvres 2017

La guerre de Catherine à reçu en 2018 le Prix jeunesse d’Angoulême et le Prix Artémisia de la fiction historique et je tiens à dire que ce sont des récompenses tout à fait méritées. L’histoire, qui est l’adaptation du roman de Julia Billet (publié en 2012 chez L’École des loisirs), traverse une bonne partie de la seconde guerre mondiale sans une goutte de sang. On suit les pas de Rachel, devenue Catherine Colin, passant de famille d’accueil en orphelinat pour échapper aux rafles. L’adolescente s’émancipe et devient une femme en même temps qu’elle prend en considération l’horreur de la guerre. Toutes ces épreuves traversées et qu’il lui faudra surmonter sont jalonnées de belles rencontres qui marqueront sa vie. Une vie non sans émotions, force de retrouvailles ou de disparitions.

« Tu pars ? Prends des photos, collecte des images, et rapporte-nous tout ça à la fin de la guerre. Va, regarde le monde avec des yeux d’artiste, de citoyenne de la République des Enfants. Ne perds rien. Nous aurons besoin de ces témoignages quand la guerre sera finie. »

La photographie, tout comme la guerre, est au centre du récit. Elle s’impose en fil conducteur poétique, généreux, émouvant. Sarah gagne en technicité, prend en main son Art (elle développe elle même ses clichés) comme elle dirige ses choix. Tous ces portraits qu’elle se plaît à capter sont autant de moments figés, hors du temps. Les révéler font ressurgir les souvenirs à la surface. Des images heureuses qui rappellent combien les gens sont vivants, au moins dans nos cœurs.

Si La guerre de Catherine est une histoire romancée, elle s’appuie sur la vie bien réelle de Tamo Cohen, qui est la mère de Julia Billet. La Maison de Sèvres et ses précepteurs atypiques que sont Pingouin ou Goéland a elle aussi existé, ancrant efficacement le récit dans notre monde.
Claire Fauvel a réalisé un excellent travail tant l’adaptation ne se sent pas et le récit est fluide. Le style graphique est emprunt de gentillesse, avec des visages ronds et sans une once de malveillance dans chacun des personnages (ou presque). Les détourages blancs autour des protagonistes ou de certains éléments paraissent parfois donner au dessin un sentiment d’inachevé. Malgré ce léger bémol la mise en couleur, réalisée à l’ordinateur, est très douce elle aussi et utilise les ressorts de l’aquarelle ou de la trame (pour les motifs des vêtements notamment).

C’est en tout cas un véritable coup de cœur pour cette histoire bien écrite, tendre et touchante à la fois.

D’autres avis : Antigone, Noukette
La guerre de Catherine (One shot)
Œuvre originale (Roman) : Julia Billet
Scénario : Claire Fauvel & Julia Billet
Dessin : Julia Billet
Édition : Rue de Sèvres 2017
Le blog de Claire Fauvel.
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :