Paco les mains rouges #2 : Les îles

Poster un commentaire

5 mai 2018 par Lunch

Lunch

Lunch

Vous souvenez-vous de l’histoire de Paco, ce bagnard amoureux et malin qui, malgré la durée de vie attendue de 5 ans à Saint-Joseph, a voulu déjouer tous les pronostiques ?

Le récit s’est clos dans un second tome toujours aussi haletant, dans lequel la violence ne prime pas toujours sur la ruse, bien qu’elle soit vitale.

J’ai aimé replonger dans ce diptyque, en apprécier les contours, l’importance d’un tatouage, la rudesse des coups dans un environnement pourtant paradisiaque, la beauté et la cruauté de l’homme mélangées. La grande terre m’avait laissé frustré, sur ma faim, mais force est de constater que le souvenir de ce premier opus était tenace et que la lecture de l’ensemble m’a convaincu de sa qualité. D’ailleurs, cette question qui taraude le lecteur dès la première page du premier tome… ne trouve-t-elle pas réponse dans la dernière page du deuxième ?

« J’ai tatoué ça petit à petit, quasi en aveugle, dans le silence, sans être vu par les gardiens. J’ai imaginé des arbres qui ouvraient les murs. J’ai imaginé ce que ça ferait de voir le ciel. »

J’ai rencontré Éric Sagot en ce début d’année. Diantre, étais-je si bien rasé pour qu’il me donne un faux-air de Landru ? Pour dire vrai… je ne peux que repenser à l’excellente adaptation de Chabouté à cette évocation !
Éric est quelqu’un qui respire l’humilité et cette entrevue avec lui m’a parue presque extraterrestre, tant nous avons discuté longuement dans une file d’attente vide d’un pourtant grand festival angoumoisin.
Les sujets étaient variés et nombreux… du travail à la ville de Nantes dans laquelle il vit et de ses chouettes librairies BD qui la composent… Nous avons évidemment parlé de ces 7 longues années à dessiner Paco, au soin particulier apporté à ses planches – Monsieur est un peu perfectionniste. Je n’ai pas pensé à aborder le sujet du menton, qu’il dessine si frontalement sur tous les profils dans Paco et qui participe pour grande part à la brutalité de ces condamnés – meurtriers et geôliers – à la mort ou à l’oubli.
La mort justement, sujet de prédilection de Fabien Vehlmann, une fascination qui fascine tout autant Éric que moi.
Le prochain album d’Éric Sagot devrait être un projet jeunesse, ça changera du bagne !

Paco les mains rouges #2 : Les îles
Scénario : Fabien Vehlmann
Dessin : Éric Sagot
Édition : Dargaud 2017
Voir aussi : Tome 1
Le site de Fabien Vehlmann.
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :