Match

2

19 juillet 2014 par Lunch

match

avatar_lunch

Lunch

Pantalon large, ample tunique et chaussures à talon, Marcel Coste n’a pas vraiment l’allure du sportif. Personnage de fort embonpoint, il marque aussitôt par sa dégaine bidochon, ses cheveux mi-longs et ses binocles. Venu avec son brave toutou et son poisson rouge, ses deux fidèles compagnons spectateurs, on aurait du mal à croire qu’il s’apprête à disputer un match de tennis.
Son challenger anglais, Rod Jones, est l’image-même qu’on se fait d’un athlète : il est prêt pour le combat à venir, fin équipé et fermement déterminé. À n’en point douter, la rencontre semble disproportionnée…

De la baballe, mais pas que !

Et si je vous disais que Match retrace un match de tennis point par point du premier service au dernier coup gagnant ?
C’est le pari un peu fou que s’est lancé Grégory Panaccione (Âme perdue, Toby mon ami), qui a encore ajouté à la folie en produisant un album entièrement muet (visiblement une habitude chez lui). Évidemment, nous ne pouvions imaginer pareil OLNI publié ailleurs que dans la collection Shampoing du non moins extravagant Lewis Trondheim.

Je vous entend rigoler, vous qui n’aimez pas le tennis, vous qui pensez que c’est chiant de voir deux personnes se renvoyer la baballe pendant 3 heures. Vous vous demandez innocemment quels arguments je pourrais trouver pour vous inciter à lire ce Match ? Eh bien figurez-vous qu’aimer le tennis est totalement inutile pour apprécier cette lecture car Grégory Panaccione parodie ce sport bien souvent trop sérieux (sauf quand Novak Djokovic enfile un masque de Dark Vadoril était plus fun quand il était pas encore numéro 1) pour en faire un récit vibrant d’humour à la limite de l’exercice de style.

L’humour, omniprésent, est servi par l’opposition flagrante entre le télégénique Rod Jones, joueur de bon niveau, et le pathétique Marcel Coste qui n’a décidément rien à faire sur un court de prime abord. Un décalage renforcé par des rebondissements surprenants savamment distillés tout au long de l’album.
Cette dérision constante permet de passer un bon moment et surtout de ne pas voir défiler les points. Car c’est là un autre tour de force : les balles s’enchaînent et le match ne souffre d’aucune coupure. Nous assistons bien à l’intégralité de la rencontre !

Sans maîtrise la puissance n’est rien

Grégory Panaccione produit un récit intense et alterne les séquences de pause (réflexions, relaxation, transitions incongrues…) avec des échanges rythmés : les gestuelles en mouvement sont d’une grande expressivité et la dynamique se lit dans chaque déplacement ou impact de balle.
Pour rendre toute l’intensité d’un match de tennis, il fallait prendre quelques inspirations du côté du manga et l’auteur a particulièrement bien associé sa patte franco-italienne à la chronophotographie propre aux planches japonaises : c’est ce procédé qui crée la cadence et qui permet aux scènes de se succéder sans lassitude. J’évoque le manga parce que c’est ce qui me vient automatiquement à l’esprit en voyant le découpage, mais on pourrait aussi l’assimiler au lourd passif de l’auteur dans le milieu du dessin animé.

Enfin, les aficionados du tennis apprécieront retrouver dans Match ce qui fait l’essence de ce sport. Car Grégory Panaccione, probablement pratiquant lui-même, retranscrit très bien la gestuelle et les mimiques des joueurs, des glissades de fond de court à la traditionnelle tapée de raquette sur les chaussures pour décoller la terre battue des semelles. Ce n’est pas tout car l’auteur parvient aussi à matérialiser le mental, élément déterminant dans cette pratique sportive et qui peut faire basculer une rencontre dans un sens comme dans l’autre.

Noir et blanc, muet, sur le sport… Grégory Panaccione s’est lancé un défi de taille en réalisant cet album. Force est de constater que l’ouvrage est surprenant et bourré de qualités.
L’auteur a su traiter un sujet trop rare en bande dessinée en y injectant une bonne dose d’humour… à lire et à relire !

Un autre avis mais le même Angle de vue : PaKa
Match (One shot)
Scénario : Grégory Panaccione
Dessin : Grégory Panaccione
Édition : Delcourt 2014
La blog de Grégory Panaccione.
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “Match

  1. […] 14. Lune est blanche, La (Emmanuel Lepage) 15. Maître des livres, Le (Umiharu Shinohara) 16. Match (Grégory Panaccione) 17. Méta Mune Comix (Jean-Christophe Menu) 18. Mongo est un troll (Philippe Squarzoni) 19. Océan […]

    J'aime

  2. […] Le prolixe Lupano (encore que toutes ses œuvres n’ont pas trouvé d’écho positif chez moi) est de retour en compagnie, cette fois, de Grégory Panaccione, passé maître ès BD muette (il avait fait forte impression chez nous avec son Match). […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :