Queen & Country (Format intégrale #2)

Poster un commentaire

10 septembre 2013 par Lunch

queen_country_integrale02

Lunch

Lunch

La seconde intégrale repart sur les mêmes bases laissées par les précédentes histoires, c’est à dire un terreau fertile pour de nouvelles missions et de nouvelles conspirations.
Les services secrets essaient tous de tirer parti des investigations des autres, piétinant leurs platebandes lorsqu’ils n’échangent pas de bons procédés (le S.I.S. et la C.I.A. s’apprécient un peu, on ne peut pas en dire autant du M.I.5). Et puis les personnages sont mis à mal par Greg Rucka, qui n’hésite pas à les tordre sous la pression, à les persécuter jusque dans leurs tripes.

Au niveau de l’aboutissement, c’est de mieux en mieux : plus on avance et plus la série prend de la consistance.

Côté dessin en revanche, j’y retrouve les mêmes travers. Cette fois cependant, j’ai surtout été décontenancé par la première performance, celle de John Alexander (partie 4 – Opération : Blackwall). À grands renforts de noirs, portant des traits aux allures d’esquisses, la lisibilité des personnages en prend encore un bon coup. Un dessin que je rapprocherais un peu au travail d’Eddie Campbell dans From Hell. On finit par s’y faire, ce n’est pas non plus désagréable, c’est juste cette alternance qui est préjudiciable.
Après ça, le dessin de Carla Speed McNeil (partie 5 – Opération : Storm Front) apparaît presque comme trop simple, avec ses fonds légèrement charbonneux pour le rehausser. Il reste cependant bien que plus expressif que le travail de Steve Rolston sur le premier album.
Pour finir, Mike Hawthorne (partie 6 – Opération : Dandelion) marque la série de son empreinte. Son trait est propre et il joue admirablement avec les contrastes fait de blancs et de grands aplats noirs. Mon préféré !

« Il est un peu tôt pour arpenter les remparts, non ?
_ Vous êtes donc au courant.
_ S’il y a bien une chose qui ne peut pas être gardée ici, c’est un secret.
_ Une des premières choses que j’ai l’intention de changer. Un déjeuner interminable.
_ Il m’arrive de manger, à l’occasion.
_ Et moi qui pensais que vous ne vous nourrissiez que d’arrogance et d’amertume.
_ Le tout arrosé des larmes de mes ennemis.
_ Vous devez être à sec.
_ Au contraire, je crains de me noyer. Si vous voulez bien m’excuser, Sir Frances, J’ai beaucoup de travail.
»

J’ai particulièrement apprécié cette dernière histoire, qui met un grand coup de pied à l’organisation et à la hiérarchie, à grands renforts de manipulations subtiles et de doubles jeux habiles.
On regrette déjà que le rideau se ferme…
En attendant la prochaine intégrale (pourquoi pas bientôt puisque la série compte déjà 2 histoires d’avance) je crois que je vais me lancer dans les hors séries déclassifiés.

Un autre avis : Yvan
Queen & Country (Format intégrale #2)
Scénario : Greg Rucka
Dessin : John Alexander, Carla Speed McNeil & Mike Hawthorne
Édition : Akileos 2013 (T3 : 2008 / T4 : 2008 / T5 : 2008)
Voir aussi : Tome 1
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :