Bookhunter

1

14 avril 2013 par Lunch

bookhunter

Lunch

Lunch

Imaginez un monde, très américain, où voler un livre est un délit grave, puni par la loi. Où dans le microcosme des bibliothèques sévit une police, une sorte de force d’intervention spéciale, chargée par tous les moyens possibles de retrouver les criminels, de les prendre en chasse, de les coffrer. Une brigade de choc menée par l’agent Bay et qui compte parmi elle de nombreux spécialistes dont les métiers sont aussi complexes et obscurs que dans un remake des Experts.
Bienvenue dans Bookhunter !

« Qu’est-ce que ça dit ?
_ Du point de vue judiciaire, ce conduit est sec comme un os. Un poil, c’est tout ce que j’ai pu trouver. C’est un cil noir, provenant de la partie interne du sourcil gauche. La section ovoïde suggère un spécimen féminin. Je vais demander une analyse complète au labo pour déterminer le type racial et un régime possible.
»

Je continue mon exploration de l’univers Shiga avec ce Bookhunter, le premier livre paru en France de l’auteur.
Ce que j’adore chez lui, c’est son approche originale du médium BD. Paradoxalement, mis à part l’extraordinaire (surtout dans sa forme) Vanille ou chocolat, ses autres titres parus dans l’hexagone ne jouent pas avec l’album en tant qu’objet. Et du coup, je suis moins enjoué.

Le récit comporte pourtant sa part d’originalité. Une police des bibliothèques, franchement, c’est un concept excellent et très frais. D’autant que le livre est un véritable satire des Experts (vous savez, la série TV… capables d’après un poil de cul de retrouver le seul magasin ouvert un dimanche matin vendant la marque de PQ dont s’est servi le criminel juste avant de commettre son méfait)…
Jason Shiga use des mêmes artifices pour raconter son histoire à lui, s’appropriant un langage scientifique qui m’a quelque peu déboussolé au départ, des rebondissements rebondissants et des scènes d’action haletantes. Une enquête un peu folle et vécue à 2000 à l’heure en somme.
Ceci étant dit, j’ai été plus rapide que les enquêteurs pour en trouver l’issue. Il me manquait bien quelques clef évidemment, mais à la moitié du livre j’avais déjà de forts soupçons… qui se sont avérés justifiés.

« La femme que vous recherchez est une relieuse de type caucasien, entre 32 et 40 ans. Elle vit seule, ou peut-être avec une sœur plus jeune.
Elle est timide, intelligente et a peut-être un léger défaut d’élocution, un bégaiement.
Elle a souffert d’énurésie pendant son enfance.
»

Si je suis déçu ?
Oui, car j’en attends plus de Jason Shiga. J’aimerais que ses livres plus expérimentaux arrivent aussi en France.
Déçu aussi parce que son graphisme n’évolue pas : ses personnages ont toujours ces mêmes têtes rondes et minimalistes. Évidemment, je savais dans quoi je m’embarquait quand j’ai acheté le livre donc je n’ai pas d’excuse… mais je rêvais d’un peu plus de nouveauté.
D’ailleurs je serais assez curieux de lire un jour un album scénarisé par Jason Shiga et dessiné par un autre… Il s’agit là encore d’un doux songe car l’auteur, que nous avons entendu en conférence à Angoulême, disait qu’il était individualiste et n’envisageait pas de travailler avec quelqu’un.
Mais l’histoire, elle, m’a plutôt apporté de la satisfaction. Certes je ne l’ai pas trouvé si surprenante que ça mais j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre l’enquête aux côté de cette police dont je trouve l’existence aussi géniale qu’originale.
Du plaisir, on ressent bien aussi celui que Jason Shiga a eu en écrivant cet album. Il a en effet travaillé en tant que bibliothécaire à Oakland et maîtrise donc bien son sujet. D’ailleurs, le jargon du milieu pourra peut-être rebuter celui qui ne le fréquente pas. Personnellement je connais un peu la Dewey (ma femme est dans la partie ^^) mais c’est pas forcément le cas de tout le monde, et il y a du coup des subtilités qui pourraient lui échapper.

Une note spéciale à cette très chouette réédition de l’album, façon livre ancien, que j’ai entre les mains. Une maquette qui donne envie d’aller plus loin, bravo !

D’autres avis : K.BD, Mo’, David, Yaneck
Bookhunter (One shot)
Scénario : Jason Shiga
Dessin : Jason Shiga
Édition : Cambourakis 2011 (1° édition 2008)
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “Bookhunter

  1. Lunch dit :

    Par David (IDDBD) le 15/04/2013 :

    Oui, effectivement, c’est un album moins expérimental même s’il est plutôt original. Pour le coup, c’est vrai que j’ai apprécié le côté jargonneux, étant capable moi-même de le décrypter. Cependant, quand on réfléchit bien, qui est capable de comprendre ce que raconte les fameux experts scientifiques de ces séries à succès ?
    Bref, je crois que, comme dans la plupart des parodies, le côté intrigue passe un peu en second.
    Bref, j’ai bien aimé quoi 🙂

    Par Lunch le 15/04/2013 :

    Bah dans le fond, j’ai bien aimé aussi. C’est clair que j’ai été noyé dans le jargon scientifique. J’aurais pu l’être aussi par le jardon bibliothécaire mais heureusement j’ai eu un cours sur le classement il n’y a pas si longtemps ^^

    Après je suis surtout déçu par la forme, parce que je sais Jason Shiga capable d’utiliser le médium BD de la manière la plus improbable qui soit. Si on met ça de côté, il reste encore le bémol du graphisme qui ne se renouvelle pas vraiment. Après, le récit est plaisant, et surtout très divertissant.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :