Mamette #4 : Entre ciel et terre

1

1 avril 2013 par Lunch

mamette04

Lunch

Lunch

Mamette, c’est ce petit bout de mamie qui surfe sur la vieillesse comme un gamin qui s’amuserait sur un skateboard, le vent dans les cheveux sans se soucier des petits tracas de la vie de tous les jours.
C’est justement parce que cette mamie-là est tout ce qu’on aime des mamies qu’on adore Mamette. Elle apporte ce petit brin de soleil qui laisse à penser que la vie nous réserve toujours de belles surprises pour qui sait en profiter.

Mamette est en quelque sorte le grand œuvre de Nob et l’un des fers de lance de la collection Tchô ! Avec cette série, mais aussi l’excellent spin-off sur la jeunesse de Mamette (Les souvenirs de Mamette), il donne du liant à son personnage et le rend particulièrement attachant.
Chaque album est un peu une bouffée d’oxygène qui nous rapproche de nos aïeuls et qui nous fait les aimer (et pour ceux qui ont la chance d’avoir une grand-mère aussi géniale que la mienne, de leur offrir avec joie les albums de cette série). Des albums tellement plein de vie qu’ils nous font redouter le jour où Nob décidera d’y mettre fin…

« Finalement, sait-on de quoi il est mort ?
_ Bah. La vieillesse… la solitude… l’ennui… La vie, quoi.
_ Quand même… vous auriez fait un joli couple…
»

Le 4ème tome de Mamette a pour moi quelque chose de terrible.
Dans les albums précédents, et notamment par le biais des ami(e)s de Mamette, il est question des petits tracas de la vieillesse. Mais jamais il n’avait été aussi tristement décrit que la vieillesse marquait aussi la fin de vie… Non pas que ce tome-là soit triste, il ne l’est pas vraiment, mais il dégage une incroyable humanité.
J’ai été très touché par la disparition de Théodore Bruneau, le papi qui était secrètement amoureux de Mlle Pinsec. Justement parce qu’il est parti trop tôt (comme toujours), sans avoir pu/su avouer sa flamme. Il faisait parti des symboles qu’on appréciait dans les opus précédents. Un personnage qui nous quitte et qui nous permet de suivre une nouvelle histoire, qui là encore, apporte son lot de tendresse et de compassion.

« J’ai l’impression de vous avoir déjà vu…
_ Camille Desplanches, de la Comédie Française. Peut-être avez-vous eu l’occasion de m’applaudir en 1973 dans  » Le Cid « , du grand Corneille ? Nous avions fait un trriomphe à Paris !
_ Je sais ! La publicité pour les surgelés, c’est vous, non ?
_ Oui, oui… Aussi…
»

Sur les traces du passé de Théodore Bruneau, nous faisons la connaissance de Camille Desplanches, ancienne gloire de la Comédie Française mais surtout connu aujourd’hui pour ses publicités sur les surgelés (sic). Mamette va tomber sous le charme de ce personnage haut en couleurs dont la poésie donne du corps à chacun de ses mots.
Un personnage touchant par sa sympathie mais aussi par la maladie qui le guette.

Et dans le même temps, le fils de Mamette traverse avec grand peine la crise de la cinquantaine, marquée par la perte de son emploi et un délicat retour à la maison.

Entre souvenirs et retour du printemps, cet album de Mamette nous en met plein les mirettes et nous rappelle combien la vieillesse peut être à la fois belle et cruelle, et réserver bien des surprises.

« Si je croyais en Dieu, je serais heureux de rêver au jour où je verrai dans le ciel un ange en robe blanche. »

Spéciale dédicace à ma grand-mère que j’aime, à mon grand-père qui ne se souvenait plus de toutes les bonnes recettes de gâteaux que j’adorais manger, à mes grands parents partis trop tôt.

Mamette #4 : Entre ciel et terre
Scénario : Nob
Dessin : Nob
Édition : Glénat 2010
Voir aussi : Tome 1, Tome 2, Tome 3
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “Mamette #4 : Entre ciel et terre

  1. Lunch dit :

    Par jerome le 01/04/2013 :

    Mamette rules ! J’adore cette grand mère. Il y a tellement de tendresse dans les histoires de Nob.

    Par Lunch le 01/04/2013 :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Nob a réussi à rendre cette petite vieille particulièrement attachante. Je pense que le spin-off des Souvenirs de Mamette y est pour quelque chose car il nous plonge dans son enfance.
    Il se dégage beaucoup de justesse et de sympathie de cette série en tout cas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :