Zizi chauve-souris #1 : Cheveux rester

2

15 février 2013 par Lunch

Lunch

Lunch

Zizi (Suzie Wendel de son véritable nom) est une jeune fille comme les autres. Enfin non, pas tout à fait comme les autres… elle trouve que les top modèles à Beverly Hills elles sont trop belles et elle décide de se faire LA coupe de cheveux dernier cri… Pas besoin de coiffeur pour ça il suffit de tout ébouriffer dans tous les sens et hop : le tour est joué !
À l’époque on disait « se coiffer avec un pétard », mais là ses amies parlent plutôt de « se peigner avec un frigidaire ». Dans l’esprit ça change pas grand chose : on comprend rien à la mode de Beverly Hills !

Un jour d’automne, alors que Zizi prend l’air (n’y voyez pas de connotation étrange bande de petits pervers) debout sur le muret de l’école, une chauve-souris « achevit » (atterrir dans les cheveux quoi) sur elle. Le début d’une longue et belle histoire d’amour…

« Demain tu retournes chez toi, pigé ?
_ Je peux t’être utile, tu sais…
CLIC !
_ Pfff ! … à me faire avoir des heures de colle, oui !!!
_ Je peux te faire voir dans le noir !
_ Waow ! Trop bien pour trouver l’interrupteur… »

Pendant tout le temps de la bande dessinée, Zizi essaie de faire comprendre à la chauve-souris qu’elle doit rentrer chez elle. Sauf que la chauve-souris elle est vachement bien dans les cheveux de Zizi et elle essaie sans cesse de persuader son hôte de la garder près d’elle.
Oh bien sûr elle peut se rendre utile la chauve-souris, conférant même à Zizi des super pouvoirs qu’elle lui transmet par contact capillaire. Et puis elle lui permet aussi de voler, et donc se s’évader de son train train quotidien : le grand saut vers l’aventure. Et quand l’aventure est faite de monstres rigolos (d’horribles créatures de la nuit en fait) et de rencontres sympathiques (comme le Grand-Garou, niark), c’est encore mieux !

« Chasseuse » de monstres la nuit, Zizi doit quand même aller à l’école la journée. C’est ennuyeux l’école… et en plus la maitresse n’arrête pas de lui donner des heures de colle… Faut dire qu’elle préfère largement s’amuser à débusquer le monstre Gobeur d’yeux d’enfants ou encore s’entraîner aux arts martiaux avec Hugo.

« Si M est le milieu de l’hypoténuse BC, alors AM=1/2 BC… Le point A, situé sur le cercle de… Suzie Wendel ! Qu’est-ce que je viens de dire ?
_ Euh… Dire le passé, c’est trop facile… Permettez-moi de révéler en exclusivité votre future phrase avec… « Allez voir le directeur ! » »

Pour cette belle histoire dessinée, deux auteurs qu’on ne présente plus : l’extravagant Lewis Trondheim d’un côté, toujours dans les bons coups pour (nous) faire rire, et Guillaume Bianco dont la renommée ne cesse de croître.
Un récit qui se présente sous la forme de comic-strips et qui a tout de même un petit parfum de Pico Bogue (quoiqu’un peu plus fantastique) tant la répartie de la petite fille pétille.
Oh certes on ressent bien les codes usuels de Lewis Trondheim, son humour un peu lourd mais toujours drôle et décalé. Ce qui est intéressant ici, c’est qu’il propose à Guillaume Bianco un terrain de jeu à sa mesure, dans la parfaite continuité de ses précédents albums… plus particulièrement de Billy Brouillard si on s’en réfère seulement à l’ambiance, mais aussi à Eco

« Tu as passé une mauvaise nuit ???
_ Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
_ D’habitude tu imagines des tartines pour les stars et les top modèles avec des confitures exotiques et du beurre d’animal rare…
_ Tu veux dire le lait de Licorne et la gelée d’arbre arc-en-ciel ? C’est bébé !
_ C’est mignon !
_ Pff ! … Passe-moi plutôt les corn-Flakes au champagne et à la cocaïne… »

Dans Eco la petite fille se transforme et ne comprend pas tout ce qui se passe. Un épisode qu’elle vit difficilement parce qu’elle se sent très seule et délaissée par ses parents.
Dans Zizi c’est également l’une des thématiques sous-jacentes : l’adolescence !
Zizi veut grandir, pour comprendre les adultes peut-être, pour ne plus être considérée comme une petite fille surtout…
L’adolescence arrive plus vite qu’on le croit !

« Et hop ! Finis les jouets d’enfants ! Maintenant, je suis une grande !
Ou alors juste toi ! Tu restes ! … Tu seras mon comptable… »

Zizi chauve-souris #1 : Cheveux rester
Scénario : Lewis Trondheim
Dessin : Guillaume Bianco
Édition : Dupuis 2012
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.

2 réflexions sur “Zizi chauve-souris #1 : Cheveux rester

  1. Lunch dit :

    Par jerome le 15/02/2013 :

    J’ai lu ces strips en pérépublication dans Spirou. C’est sympa mais je n’ai pas été emballé plus que cela. Peut-être que la lecture en album donne davantage d’épaisseur à l’ensemble.

    Par Lunch le 15/02/2013 :

    Oui, c’est le cas, puisqu’il y a un fil conducteur qui apparaît. Et puis cette accumulation de gags fait sourire, c’est pas redondant, c’est très plaisant.
    Je ne savais pas qu’il y avait eu prépublication, ça ne se voit pas puisqu’il s’agit de strips donc ce format s’y adapte bien.

    J'aime

  2. […] chez Dupuis (comme c’était le cas pour les précédents travaux de Lewis Trondheim : Zizi Chauve-souris, L’atelier mastodonte, Ralph Azham…). Voir cette bande dessinée paraître chez […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :