Le Prince de l’orage #1 : Le cœur de la tempête

Poster un commentaire

20 octobre 2012 par Lunch

prince_orage01

avatar_lunch

Lunch

Sept ans ont passés. Pendant que le monde s’abandonne à la guerre sous l’égide du terrible Alghärd, la bande à Laïth s’est définitivement installée à Nâmo, cité portuaire aux allures orientales. Là, ils travaillent tous pour pécher ces pierres rouges aux pouvoirs mystérieux. Une paix de longue durée qui sera une nouvelle fois troublée par cet homme : Finrhas, bien décidé à retrouver son ancien laboratoire et à redonner vie à son fils…

La conclusion de la trilogie de L’enfant de l’orage nous avait laissé sur notre faim avec plein d’interrogations. Bien sûr, certaines questions avaient trouvé réponse dans le dernier opus, mais pas toutes.
La parution d’une suite était donc plutôt attendue, d’autant plus qu’elle était annoncée dès la fin du tome 3.

Manuel Bichebois est toujours au scénario. En revanche, son compère Didier Poli n’est plus là (on lui doit quand même la couverture, c’est déjà ça de pris)… et j’ai franchement hésité avant de me procurer l’album à cause de ça. D’un autre côté, il y avait ce désir d’en apprendre plus et Manuel Bichebois, s’il faisait une suite, avait sûrement tout un tas de choses en tête pour les exploiter.

C’est donc Giulio Zeloni qui joue le rôle du troisième homme. Malheureusement (pour lui et pour moi), je n’aime pas vraiment son dessin, trop stéréotypé, et encore moins sa mise en couleur photoshopée.
Il faut souligner que c’est son premier album et que ça n’aide pas. Reprendre la suite de quelqu’un n’est pas chose aisée, cela complique sa tâche.
On sent que les mouvements sont plus figés, les personnages manquent de dynamisme et d’expression, ils ont moins de force. Sentiment exacerbé par le fait que les enfants sont devenus adolescents (voire jeunes parents), et qu’il en est donc terminé de leur bonne bouille d’antan.
Pour faire un parallèle avec le cinéma, c’est un peu comme dans Star Wars, il y a l’épisode I avec le petit Anakin qu’on prendrait volontiers dans ses bras, et les épisodes II et III avec sa tête d’adolescent que t’as juste envie de baffer… Remarquez, j’ai peut-être juste un problème avec les adolescents ? Mais revenons à nos moutons…

Pour finir, avouons-le franchement, le scénario non plus ne tient pas toutes ses promesses. Pas de réponses apportées (pas de nouvelles questions ceci dit, et c’est peut-être ça qui nous manque ?), des rebondissements sans surprise (Ah ça alors, le mendiant, c’est Tuhitep !!!), et un pouvoir de Laïth élevé au rang de la colère sans aucun discernement (pas un défaut mais juste une constatation). Bref, tout ça n’est pas très engageant…

La série semble prendre un virage, espérons qu’elle ne se perde pas en chemin.

Le Prince de l’orage #1 : Le cœur de la tempête
Scénario : Manuel Bichebois
Dessin : Giulio Zeloni
Édition : Humanoïdes associés 2012
Voir aussi : L’enfant de l’orage
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :