Bêtes de somme #1 : Mal de chiens

2

16 août 2012 par Lunch

betes_de_somme01

Lunch

Lunch

Bêtes de somme (Beasts of Burden en version originale) est une série un peu particulière dans le paysage du comics. Alors que les fans des fascicules sont plutôt portés sur des super héros aux super pouvoirs, c’est une bande de chiens, et un chat, qui leur vole la vedette. Le postulat de départ est tout simple : cette brigade animalière va devenir au fil des histoires la gardienne de Sommers Hill, en proie à des événements surnaturels récurrents.
Les humains auraient pu se douter de quelque chose, faire appel à « la tueuse » Buffy, ou encore à SOS fantômes… il n’en est rien, ils ne voient rien venir, ils ne savent pas interpréter les signes… s’ils savaient !
Heureusement pour eux, leurs amours canins veillent sur eux (et le chat aussi, même s’il est sans-famille).

Tout au long des 8 petites mésaventures qui leur arrivent dans ce premier opus, la petite équipe subit des attaques qu’elle n’aurait jamais imaginées. Ils ont parfois un peu peur, reculent devant le danger, mais tels leurs homologues en collants, ils finissent par s’accrocher et faire face à leur torpeur pour sauver les gens qui les entourent. Et c’est même pas pour la gloire en plus !

Contre toute attente, mes personnages favoris ne sont pas des chiens, mais des chats, et même pas des personnages principaux qui plus est : Dymphna la chatte noire, un peu maligne et sournoise ; et Charlot-la-carapate, un petit chat noir et blanc plutôt doué pour disparaître quand on a besoin de lui. Sûrement mon côté espiègle qui ressort là.
Heureusement, les chiens ont aussi Carl, un Carlin un peu fanfaron qui n’hésite pas à tacler gentiment ses amis d’une petite pique bien placée et à qui l’on doit ce qui sont certainement les meilleures répliques de cette série.

« Une grenouille. Une grenouille géante. Que Saint-Fido me renifle l’arrière-train, c’est une grenouille géante ! »

Si la première nouvelle est plutôt courte, plus on avance dans notre lecture et plus elles s’épaississent, plus les personnages prennent de la profondeur, plus la série prend de la consistance.
On comprend finalement quand on nous explique que la première nouvelle est une demande spécifique et extraordinaire, et que vu l’engouement des gens, ils aient décidé d’en faire une seconde, puis une troisième et une quatrième, avant de se lancer dans une véritable série.
On ressent vraiment cette progression dans ce recueil. Les premières histoires sont plus sobres. Plus on découvre et plus on sombre dans l’horreur, peut-être un peu attendrie par l’aquarelle, malgré l’utilisation de teintes glacées lorsque la tension monte. Nous ne sommes tout de même pas dans l’horreur absolue, celle qui terrifie. Le récit vise en même temps un public adolescent, si l’on en croit le prix décerné aux Will Eisner Awards.

Attardons-nous un peu sur les couleurs de Jill Thompson, une artiste peu singulière si l’on en croit ses quelques explications dans les bonus en fin d’album. Ses dessins à l’aquarelle, même si je les trouve un peu tendres pour des récits horrifiques, sont tout simplement superbes. Elle travaille la couleur quasiment directement, à peine a-t-elle esquissé un dessin propre mais sans ombres auparavant, sans trop de fioritures. Elle ne réalise même pas de storyboard (celui d’Evan Dorkin est entièrement écrit, hormis quelques croquis explicatifs ça et là) ou quand elle en fait un, ce qui arrive de temps en temps, elle ne le respecte pas vraiment.
Elle travaille donc tout en spontanéité, qualité qu’elle apprécie vraiment dans l’aquarelle, sa prise rapide ne laissant pas le temps pour s’acharner à retravailler le dessin.

Au final, Bêtes de somme est une lecture des plus agréables et un peu grinçante, à lire au coin du feu le soir avant de se coucher, et à relire sous un beau soleil pour en apprécier dignement les couleurs.

roaarrr

– Will Eisner Award de la meilleure publication ados 2010

Bêtes de somme #1 : Mal de chiens
Scénario : Evan Dorkin
Dessin : Jill Thompson
Édition : Delcourt 2012
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “Bêtes de somme #1 : Mal de chiens

  1. Lunch dit :

    Par Mo le 17/08/2012 :

    Je l’ai feuilleté à plusieurs reprises et je ne parviens pas à franchir le cap de l’achat. Normalement, un nouvelle librairie ouvre aujourd’hui dans ma ville et si tout se passe comme prévu, ce sont les anciens vendeurs de la librairie où j’allais (qui a fermé l’année dernière) qui sont derrière de comptoir. Donc si tout va bien, à compter de ce soir, je ne suis plus « sans librairie fixe ». Je leur demanderais pour cet album et me déciderais après avoir eu leurs retours 😉

    Par Lunch le 17/08/2012 :

    Chouette ça, une nouvelle librairie, c’est une excellente nouvelle ! C’est bien de voir que ça marche aussi dans l’autre sens des fois.

    C’est quoi qui t’as empêché de prendre Bête de somme les autres fois ? Graphiquement c’est plutôt réussi !

    Par Mo le 18/08/2012 :

    C’est le graphisme justement. J’ai trouvé cela un peu terne mais j’y reviendrais. L’idée chemine doucement mais surement. Je l’ai encore regardé hier.
    Pour la librairie oui, on est content. On va enfin pouvoir se poser de nouveau. On connait l’équipe et on l’apprécie ++. Je leur ai dit que je ferais un petit coup de pub tient. Mais là, j’ai une chro à écrire avant lundi 🙂

    Par Lunch le 18/08/2012 :

    Ne serait-ce pas Daytripper ? 😀

    Je relaierais ton coup de projecteur. Les occasions de dire qu’une librairie indépendante ouvre sont trop rares.

    Par jerome le 19/08/2012 :

    Une lecture vraiment divertissante et qui gagne en épaisseur, tu as raison.
    Mon préféré est le carlin^^

    PS : je rajoute avec plaisir ton avis à la fin de mon billet (et je vais faire de même avec Daytripper, évidemment).

    Par Lunch le 19/08/2012 :

    C’est gentil de ta part.
    Pour ce qui nous concerne, on a décidé de partager d’autres avis à partir d’aujourd’hui (chronique de Daytripper). On s’était jamais posé la question avant mais c’est quand même mieux de proposer aux lecteurs d’autres points de vue.
    Comme tu fais partie des gens que je lis, il se peut que je te mette quelquefois en lien 🙂

    Par Yaneck le 20/08/2012 :

    Globalement d’accord avec toi, c’est une lecture plaisante. Je vais avoir une petite réserve, tout de même, que tu pourras lire prochainement sur les chroniques de l’invisible. Je ne suis pas totalement emballé. J’ai tout de même une réserve…

    Par Lunch le 20/08/2012 :

    C’est pas un coup de cœur pour moi. J’ai aimé certes, mais il manque un petit truc.
    J’ai toujours cette réserve sur la mise en couleur. C’est beau, mais pas horrifique. Et ça m’a un peu manqué pour un album sur un tel sujet.
    Pour le reste, j’ai quand même beaucoup aimé.

    J'aime

  2. […] ceux qui ont aimé Courtney Crumrin, je leur conseille la lecture de Bêtes de somme (et vice-versa). Même public, même genre, mêmes […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :