Milady de Winter #1

2

4 juin 2012 par Lunch

milady_de_winter01

Lunch

Lunch

Un dénommé Alexandre Dumas a un jour conté de merveilleuses aventures dont le nom vous évoquera peut-être un agréable souvenir. Les trois mousquetaires ça vous revient ? Les braves Athos, Porthos et Aramis ? L’impétueux D’Artagnan ? Le puissant Cardinal de Richelieu et sa mystérieuse subalterne Milady ?
Eh bien voilà qu’Agnès Maupré a décidé de revisiter l’œuvre de ce cher Alexandre. Si les adaptations de ce monument de la littérature sont légion – théâtre ou cinéma de préférence et maintenant en bande dessinée – l’auteure a ici fait preuve d’une grande ingéniosité puisqu’elle ne se contente pas de nous faire revivre la grande aventure de D’Artagnan et de ses acolytes, mais au contraire fait de Milady de Winter, le plus intrigant de tous les personnages du roman, le protagonistes principal de son épopée.

Du coup, l’histoire nous amène à cheminer aux côtés du roman mais aussi s’en éloigne considérablement. Il n’est pas ici question de se placer du côté des mousquetaires mais de nous embarquer plein badin auprès de la charmante, mais néanmoins fatale, Milady de Winter. Exit le cape et d’épée clinquant, place aux intrigues de cour et aux manipulations subtiles !
Et ce n’est pas la seule liberté que se permet de prendre Agnès Maupré, puisqu’elle affuble également les légendaires héros de tares inextricables. D’Artagnan n’est qu’un jeune étalon sans discernement capable des pires bassesses pour obtenir la coucherie dont il rêve, Athos s’empatte dans une dépression d’alcool et de colère pour son amour perdue, etc, etc… Milady, quant à elle, est une petite boule de haine maligne et revancharde qui sait saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent (mais qui paradoxalement se fait avoir pitoyablement dans certaines circonstances, et surtout lorsqu’il s’agit des hommes). Nous la savions capable de tout, nous étions bien loin d’imaginer à quel point. Des traits de caractère à peine exagérés en somme.

Le découpage est classique mais l’objet, édité chez Ankama, fleure bon le romanesque. Le dessin typé nouvelle vague n’effraie personne, fin et expressif, tout en dynamisme, et doté d’une palette de gris pour l’accompagner.

Alors oui, Milady de Winter est une série (un diptyque pour être exact, vous savez où vous mettez les pieds) qui propose un très agréable divertissement. Nous restons dans la fiction, une fiction au parfum d’histoire certes, mais une fiction rafraichissante tout de même. Une véritable surprise.

Badelel

Badelel

Addendum du 05/05/2013

Et si Alexandre Dumas était une quiche en psychologie ? Si Milady de Winter, avant d’être la garce qu’il décrit, était une femme malmenée par la vie qui tentait de survivre ? Si D’Artagnan était un abruti ? Si Anne d’Autriche n’était qu’une trainée et Constance Bonacieux une frigide ? L’histoire des Trois Mousquetaires aurait une autre tête, n’est-ce pas ?

Avec Milady de Winter, Agnès Maupré chamboule tout, et fait de cette femme haïe par la littérature une héroïne du quotidien. Femme bafouée, mère malgré elle, espionne par instinct de survie, elle fait face à un monde impitoyable.

D’abord rebutée à l’idée de lire une énième adaptation ratée ou une réécriture molle et niaise, j’ai été conquise par la forte personnalité de cette œuvre. La cohérence des caractères et des événements rend même l’histoire de Milady de Winter tout aussi crédible que l’originale.

Le dessin volontairement dépouillé marque par sa maîtrise des courbes et des mouvements. Avec un trait plein de vie souligné par un lavis délicat, il met en exergue le caractère de cette femme battante et à la fois pleine de grâce.

Au-delà d’une simple réécriture, Agnès Maupré propose en fin de compte de se pencher sur le rôle et la condition de la femme au XVII° siècle : une reine délaissée, des femmes cantonnées au rôle d’objets de divertissement et de séduction, soumises. Les hommes en prennent pour leur grade : misogynes, trop sûrs d’eux, brutes, séducteurs… Ils sont pourtant eux aussi malmenés par la vie, trop rêveurs et trop innocents pour une réalité qui les dépasse. Au final, plus que les aventures de Milady de Winter, on s’attache à la psychologie des personnages.

Milady de Winter #1
Œuvre originale (Roman) : Alexandre Dumas
Scénario : Agnès Maupré
Dessin : Agnès Maupré
Édition : Ankama 2010
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “Milady de Winter #1

  1. Lunch dit :

    Par jerome le 05/06/2012 :

    Moi aussi j’ai beaucoup aimé. Le parti pris de l’auteur est vraiment intéressant et change de l’image renvoyée par la lecture du roman de Dumas.

    Par Lunch le 05/06/2012 :

    Et Badelel aussi a aimé d’ailleurs. Elle devrait rédiger une petite chronique sous peu je pense.

    Par Yaneck le 20/06/2012 :

    Rah, tu me donnes envie de l’acheter tiens !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :