Fables nautiques

Poster un commentaire

3 mai 2012 par Lunch

fables_nautiques

avatar_lunch

Lunch

Tout commence dans ce cimetière animalier au milieu de nulle part. Des tombes décrépies seulement visitées, pour les plus chanceuses, par quelques personnes attachées à leur chagrin d’avoir perdu leur unique compagnie… chats, chiens… lapins.
Moutte fait partie des heureux élus, choyé par sa maîtresse et nourri de son lot de carottes. Mais il sera bientôt sevré de son plat fétiche, car ce cimetière quasiment abandonné cèdera sous peu sa place à un gigantesque complexe nautique.
Grandiose, futuriste, le bâtiment accueillera de nombreuses piscines, des toboggans à n’en plus finir, des spectacles aquatiques, des matchs de water-polo… Le terrain de jeu idéal pour une population bigarrée et… surprenante !

Marine Blandin. Ce nom ne vous dira peut-être pas grand chose mais il est fort possible que ce livre lui ouvre des portes. Ou tout du moins ne lui en ferme pas. Auteure débutante, elle a eu la chance de bénéficier, au terme de son cycle d’études à l’école européenne supérieure de l’image d’Angoulême, d’une résidence pour la création de Fables nautiques. De la chance, elle en a aussi eu lorsqu’elle a présenté son projet surréaliste aux éditeurs, enthousiastes. Il n’est d’ailleurs pas vraiment surprenant que ce projet ambitieux et loufoque soit paru dans l’excellente collection Shampoing, dirigée par le non moins célèbre Lewis Trondheim.

Fables nautiques est doté d’un univers riche et haut en couleurs. La piscine n’est qu’un prétexte, théâtre d’événements étranges mettant en scène une ribambelle de protagonistes aux profils variés. Une population typique pour ce lieu, mais dont la caricature a été poussée à l’excès.
Prenez par exemple cette femme qui fait de l’aquagym dans son bassin et qui décide de faire son parcours habituel. Rien de bien saugrenu jusque là. Dès lors qu’elle s’élance, elle devient le chef de file du troupeau massif des cuisseuses. Et que dire de ces trois vieilles peaux dans le jacuzzi, échangeant le moindre ragot contre des vérités ou une place avec elles dans leur bain ? Ou encore de cette mystérieuse mamie qui jette des carottes dans l’eau quotidiennement ?
Voilà pour quelques portraits. Maintenant, place à l’intrigue :
La légende raconte qu’une clef serait cachée au fond de la fosse, un puits d’apnée. Quelques braves gaillards se sont déjà tentés à l’exploration mais pas un ne l’a ramenée. Mythe ou vérité ? Il est dit que celui qui la trouverait remonterait avec lui les secrets du Nautiland.

Une histoire complète et fantastique où tout va très très vite. Nous sommes happés par ce rythme fou, les cases se succèdent, pleines de dynamisme, et nous montrent toute l’étendue du jeune mais néanmoins entier talent de l’auteure. Des découpages vifs et intelligents, un dessin à tendance « nouvelle vague » (La BD nouvelle sera t-elle toujours nouvelle ? La question, même si récurrente, mérite d’être posée !) avec une colorisation directe qui nous plonge (vous l’aurez compris, nous sommes en milieu aquatique) dans un récit dingue mais tout à fait cohérent.
Le tout dans un petit format qui tient bien dans la main.
Une bonne surprise pour une très agréable lecture. N’oubliez pas votre bonnet de bains !

Fables nautiques (One shot)
Scénario : Marine Blandin
Dessin : Marine Blandin
Édition : Delcourt 2011
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :