L’incal #2 : L’incal lumière

1

27 décembre 2011 par Lunch

incal02

avatar_lunch

Lunch

John Difool n’est pas au bout de ses surprises. Capturé dans la nécropole Techno, il est maintenant prisonnier du Techno-Pape en personne, lequel s’apprête à réunifier l’Incal lumière avec l’Incal noir !
Si le rituel du Techno-Pape promet de plonger le monde dans une aura de ténèbres, une chose est sûre : John Difool ne s’en sortira pas dans ce cas, son corps se faisant disséquer organe par organe jusqu’à ce que l’Incal en soit extirpé.
Heureusement pour lui, il peut compter sur son fidèle Deepo, l’oiseau maintenant doté de la faculté de parler… du moins s’il parvient à vaincre sa peur…

Suite de l’épopée fantastique et complètement déjantée conçue par Jodorowsky et mise en image par le non moins célèbre Moebius.
Sauf que cette fois, si les couleurs restent toujours aussi cosmiques malgré le changement de coloriste – Isabelle Beaumenay-Joannet, femme d’Yves Chaland, prenant la succession de son mari pour quelques tomes – le dessin est bel et bien plus agréable à regarder. Le trait paraît moins épais, plus détaillé. Bref, c’est un plaisir pour les yeux, on apprécie et on peut balayer toutes les idées reçues qui font de cette série un objet totalement désuet, dépassé par le temps. Non, l’Incal est tout à fait intemporel ! La magie des couleurs opère et le scénario, invraisemblable au possible, met en scène une société complètement ahurissante, avant-gardiste et décadente.

Qui sont les gentils ? Qui sont les méchants ? Quelles est la vraie nature de l’Incal ? Quels sont les enjeux ? Nous cernons peu de choses, nous sommes juste persuadés que tout ça nous dépasse (les événements dépassent d’ailleurs sûrement les protagonistes eux-même).

Une série culte, vieille mais pas encore obsolète, à lire absolument.

L’incal #2 : L’incal lumière
Scénario : Alexandro Jodorowsky
Dessin : Moebius
Couleurs : Isabelle Beaumenay-Joannet
Édition : Humanoïdes associés 2011 (1° édition 1982)
Voir aussi : Tome 1
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “L’incal #2 : L’incal lumière

  1. Lunch dit :

    Par jerome le 27/12/2011 :

    j’ai du mal avec le duo Jodorowski Moebius. J’ai lu ça trop jeune et j’en garde de très mauvais souvenirs (rien compris en fait). Du coup, je n’ai jamais réessayer, ce qui est sans doute une erreur.

    Par Lunch le 28/12/2011 :

    Je pourrais pas dire. Je lis cette série maintenant avec mon regard d’adulte, et en connaissant les avis de certains bédéphiles qui m’ont toujours dit que l’Incal était la série à lire qui traitait de SF.
    Je ne peux que reconnaitre qu’elle a un petit quelque chose de fantastique. Le récit est vraiment très fouillis, surtout dans le tome 1, mais on a l’impression que ça devient moins brouillon par la suite (je n’ai pas encore lu les tomes 3 à 6, je découvre). Côté dessin, Moebius, je trouve, fait des merveilles. Et la couleur est abracadabrante, mais ça fonctionne bien.

    Après, pour avoir aussi lu les premiers Valérian il y a quelques jours, je suis pas certain que la couleur de l’Incal soit novatrice du coup. Mézière aussi utilisait le bleu, le rouge et le jaune pour mettre en image les cités technos de Christin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :