Servitude #3 : L’adieu aux Rois

1

26 novembre 2011 par Lunch

Servitude 03

avatar_lunch

Lunch

L’heure est grave sur le Royaume des Fils de la Terre.
Depuis la grande réunification orchestrée par le sage Roi Garantiel, les provinces sont de nouveau unies. Mais depuis ce jour aussi couve la vengeance des Vériel, qui se sont vus éloignés de la couronne.
Aux alentours de Nilin, Tarquain et Lérine, les enfants du Roi, tombent dans une embuscade (voir tome 1). Un événement sanglant qui mettra Garantiel hors de lui : il marchera sur les renégats et triomphera en ses terres pour les reconquérir !

Alors qu’il parvient aux portes de la cité alliée jugée imprenable d’Al Astan, celle-ci reste close, Cérir, son gardien, faisant la sourde oreille.
L’armée des Fils de la Terre, forte de plus de 18000 hommes expérimentées dans l’Art de la guerre, devra donc défendre la plus grande ville fortifiée du Triangle d’or de l’extérieur.
En face, cette fieffée canaille d’Othar de Vériel était parvenue à composer une armée de soudards de près de 30000 hommes, ne portant son soutient qu’en l’échange d’une promesse de récompense si Al Astan tombait.
L’une des plus grandes batailles de tous les temps était sur le point de débuter…

Voilà déjà 3 ans que nous attendons avec une grande impatience la suite des aventures de Servitude. Le troisième opus d’une série qui dès le départ s’annonce en 5 tomes.
Pour ce tome 3, Éric Bourgier, le dessinateur, est associé à Fabrice David au scénario. J’ai pourtant toutes les peines du monde à croire que ce n’est pas le cas depuis le début, tant les événements semble ancrés depuis toujours.

Le premier tome caressait le climat de tension qui régnait dans le Royaume d’Afénor, les clivages se faisaient plus pressants, la guerre plus menaçante.
Le tome 2 nous a un peu éloigné de tout ça, nous présentant le peuple mystérieux des Drekkars, ennemi héréditaire des hommes, tout en nous montrant l’existence d’un enjeu supérieur, d’un marionnettiste tirant les ficelles d’un monde en déclin.
Ce troisième opus nous ramène aux réalités de la guerre, de cette tension qui finit par éclater pour finalement ne laisser que des miettes d’un royaume plus que jamais morcelé.

L’adieu aux Rois se fait le récit d’une grande bataille entre hommes qui luttent pour le pouvoir. Mais où mènera la conquête, sinon à la ruine ?
C’est en substance ce que nous raconte en préambule cet album par le biais d’une lettre d’un certain Ulfas que la nouvelle amie de Kiriel, Fl’ar, essaie de transmettre à Garantiel. Malheureusement, elle ne parviendra pas à le lui délivrer… dans tous les cas, aurait-il pu changer le cours des événements ? Peu de chances en effet. La bêtise humaine…

Si j’ai quelques réticences à émettre sur cet album, c’est surtout du fait de son contenu guerrier. La politique est mise de côté ici – même si quelques complots demeurent en arrière plan, sournois et discrets (on apprend notamment qui fournit le poison si indispensable à l’Empereur Drekkar) – au profit de la bataille pure et dure qui se déroule devant Al Astan. Nous sommes plus dans une histoire médiévale que dans de l’Héroic Fantasy du coup… mais là encore, rassurez-vous amis lecteurs, il y a bien quelques événements qui marqueront encore l’empreinte du genre, notamment sur son dénouement.
Et puis on peut sans férir clamer l’excellence de Fabrice David aux commandes d’un scénario où le stratège est roi.
L’ambiance graphique, tant teintée de douceur dans le tome 1, s’efface au profit d’une noirceur initiatrice de la bataille nocturne qui se prépare en coulisse.

Un album qui reste donc moins charmant, mais qui dans sa construction reste indispensable tant on pressant que cet acte est un événement charnière d’un enjeu qui nous dépasse encore… même si l’on commence à discerner par-delà les brumes qui pourrait tirer les ficelles (bougrement doué le salaud par ailleurs)… et à quelles fins !
On se prend à penser que le peuple du désert, ces fameux Riddraks, mais aussi l’Hégémon en fuite, pourront faire pencher la balance d’un monde qui sombre de plus en plus dans le chaos.

Servitude #3 : L’adieu aux Rois
Scénario : Fabrice David
Dessin : Éric Bourgier
Édition : Soleil 2011
Voir aussi : Tome 1, Tome 2
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “Servitude #3 : L’adieu aux Rois

  1. Lunch dit :

    Par Jérôme le 27/11/2011 :

    J’ai les 3 tomes à la maison mais je n’en n’ai lu aucun. Tout cela m’a l’air tellement complexe que je préfère attendre les 5 tomes pour tout lire d’un coup.
    En tout cas, la façon dont les auteurs ont pensé chaque articulation de leur univers semble assez impressionnante.

    Par Lunch le 27/11/2011 :

    J’ai accroché dès le premier tome. Même si l’intrigue se met tranquillement en place, on est surtout de suite mis à l’aise par un graphisme de toute beauté.

    Le second opus nous entraîne dans la civilisation Drekkar que je trouve excellente. Il faut dire que je suis un fan du japon féodal et que celle-ci s’en inspire très fortement.

    Petit à petit, l’intrigue monte crescendo et on ressent de plus en plus que le scénario est abouti, travaillé d’un bout à l’autre. Les auteurs savent où ils vont et ce depuis le départ.
    Une excellente série quoi qu’il en soit 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :