Le sauvage

Poster un commentaire

16 novembre 2011 par Badelel

sauvage

Lunch

Lunch

Blue Baker est un petit garçon d’une dizaine d’années. Avec sa sœur Jess et sa mère, ils vivent dans une petite ville tranquille toute proche du bois de Burgess.
À l’école, la conseillère Mme Molloy s’inquiète beaucoup pour Blue. Alors elle le retire des cours de temps en temps pour parler avec lui, et lui demande d’écrire pour faire exploser ses sentiments. Il faut dire que le gamin vient de perdre son père et qu’il vit une période très délicate.
Ce n’est pas facile de coucher ses sentiments sur du papier, mais petit à petit, il se met à raconter une histoire, celle d’un jeune garçon sauvage rôdant dans le bois tout proche…

David Almond, écrivain britannique, a écrit cette histoire sur une demande d’ITV et de Seven Stories, centre du livre pour la jeunesse anglais.
Pour l’épauler sur le projet, un autre anglais : Dave McKean. Ce dernier n’est pas inconnu dans le monde de la bande dessinée, rendu célèbre par le magnifique Batman Arkham Asylum, mais aussi Cages, Celluloid ou encore de nombreuses collaborations avec Neil Gaiman (Le Jour où j’ai échangé mon père contre deux poissons rouges, Des loups dans les murs…).

L’album alterne les phases de texte dans lesquelles Blue raconte les événements avec sa vision d’adulte – ou tout du moins d’adolescent – et les chapitres illustrés mettant en image l’histoire du Sauvage telle qu’il l’écrivait quand il avait dix ans.
Cette partie là, le récit dans le récit, fait la part belle aux illustrations de Dave McKean et aux envolées sauvages du petit garçon hirsute et curieux du monde qui l’entoure. Il ne connait pas le langage ni les us de la vie en société, il est effrayant, mais sous ses airs de monstre se dégage quand même un certain attachement. On ressent les émotions qui le transcendent brutes et sans relief, son émancipation au fil de ses rencontres, et par son biais, les réflexions du narrateur.
Petit bémol de ces scènes, l’auteur a choisi de retranscrire fidèlement un texte rédigé de main d’enfant, avec des fautes de syntaxe et d’orthographe… De ce fait j’ai eu un peu de mal à me plonger dans le récit au départ – je me suis ensuite rattrapé – fixant ces fautes comme des aberrations dans un livre édité. Au final je ne suis pas sûr que cela amène plus de crédibilité à l’ouvrage et que, au contraire, ça ne le dessert pas plutôt.

À la fin de ma lecture, je restais tout de même conquis par la métaphore, par ce parallèle que fait l’enfant entre son héros sauvage et lui-même.
Où se finit la réalité et où commence la fiction ?

Le sauvage (One Shot)
Scénario : David Almond
Dessin : Dave McKean
Édition : Gallimard 2009
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :