Un monde idéal – Les contes du villageois Cycle 1 – #1 : L’usine

1

6 octobre 2011 par Lunch

monde_ideal01

Lunch

Lunch

Il n’est pas rare qu’A You, durant son sommeil, fasse ce rêve interminable dans lequel il est prisonnier d’un labyrinthe infernal. Suivant un décor mêlant tuyauteries, échelles et paysages psychédéliques, il parvient alors dans un monde dont l’unique relief vient de ces innombrables portes qui s’étendent jusqu’à l’infini. Chacune d’elle ouvrant sur un nouveau monde… sans issue.
Pourtant, lorsqu’il revient à lui dans sa chambre à coucher (dans laquelle passent des tuyaux et des échelles, tiens, tiens…), il retrouve son quotidien du tout jeune adulte à peine sorti de l’adolescence. Pas encore tout à fait mur pour affronter le monde du travail, trop vieux pour rester à la maison à ne rien faire… un monde qui ne l’enchante pas mais qu’il devra apprendre à appréhender.

Je me plonge corps et âme dans la BD chinoise… Après mon désarroi devant la lecture de Princesse Bari, j’essaie de me réconforter ailleurs.
Un monde idéal, c’est une série que j’ai achetée lors du festival d’Angoulême en 2008, alors que la ville mettait en avant la bande dessinée chinoise par l’intermédiaire de l’éditeur Xiao Pan. Parmi tous les albums présentés, c’est celui-ci sur lequel j’ai finalement jeté mon dévolu… Peut-être pas le plus abouti graphiquement, mais sûrement celui dont l’univers me paraissait le plus torturé, à grand renfort d’images psychédéliques issues de ce rêve que fait le héros de l’histoire.

Torturé ? Ce n’est pourtant pas vraiment l’impression qui ressort de ce tome 1, qui aborde plutôt le récit d’un jeune garçon qui entre dans l’âge adulte sans pour autant se sentir prêt et investi dans ce nouveau rôle. Son travail à l’usine l’ennuie, et en plus il ne cesse depuis le matin de jouer de malchance. Rien ne va… il y a des jours comme ça…
Bref, le premier album évoque surtout un quotidien monotone d’un jeune homme qui ne veut pas grandir, et qui cherche encore ses repères dans le monde des grands.
Pourtant, on sent bien qu’il va forcément se passer quelque chose, et le feuilletage rapide des épisodes suivants me conforte dans cette hypothèse. Seulement voilà, pour une entrée en matière, on aurait pu s’attendre à mieux.

Il faut dire que l’album fait seulement 30 pages, ce qui correspond à un tirage jeunesse dans la bande dessinée franco-belge. Généralement, un album jeunesse présente une histoire complète dans ce volume de pages, mais là, ce n’est qu’une introduction.
Je me fais l’avocat du diable, mais je pense que c’est la mise sous format franco-belge par l’éditeur qui est le problème majeur de cette lenteur avérée. Il aurait peut-être été plus judicieux de préserver un médium manhua (manga Chinois). Eh oui, car un tome de cette série me paraît aussi copieux qu’un simple chapitre dans un manga. Autrement dit, cumulez les 5 albums qui composent ce cycle des « contes du villageois » et vous obtiendrez à peu de choses près le contenu d’un manhua.
On a finalement l’impression que Xiao Pan a voulu faire de l’argent… aïe, des mots qui fâchent !

Côté graphisme, nous sommes bien en deçà des exigences d’un Princesse Bari ou Au bord de l’eau. C’est beaucoup moins léché, c’est plus rond et enfantin, avec une couleur moins impériale. On apprécie quand même les efforts dans les décors futuristes et précaires. On est nettement moins emballé par les bouilles de certains personnages, et surtout celle du héros (sic)…
À la fin de l’album, un sketchbook de quelques pages permet d’apprécier le coup de crayon (quand même) du dessinateur sur quelques croquis de personnages.

Je poursuivrais mon analyse dans les tomes suivants… l’avenir dira si j’ai bien fait ou non d’investir (et je pèse mes mots) dans cette série ^^

Un monde idéal – Les contes du villageois Cycle 1 – #1 : L’usine
Scénario : Weidong Chen
Dessin : Chao Peng
Édition : Xiao Pan 2006
Publicités

Une réflexion sur “Un monde idéal – Les contes du villageois Cycle 1 – #1 : L’usine

  1. Lunch dit :

    Par Choco le 09/10/2011 :

    Voilà un avis qui me permet de rester dubitative devant les chinois 😉

    Par Lunch le 09/10/2011 :

    Graphiquement, on trouve des perles (Wang Peng, Benjamin, …), mais scénaristiquement je cherche encore moi aussi.

    Par Choco le 16/10/2011 :

    Oui ben justement, Benjamin et moi… ahem…

    Par Lunch le 16/10/2011 :

    Graphiquement, c’est quand même très intéressant je trouve.
    Après, ses récits torturés et dépressifs… faut aimer…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :