Princesse Bari

2

4 octobre 2011 par Lunch

princesse_bari

avatar_lunch

Lunch

Le lointain royaume de Boulla est dominé par le roi Ogou. Alors au sommet de sa gloire, il fait appel à un devin afin de savoir quand cesserait la guerre qui sévit dans le nord-ouest.
Contre toute attente, le devin fait la prédiction suivante :
La guerre ne cessera qu’à la mort du roi et cette funeste prophétie n’aura lieu que bien plus tard, lorsque Ogou sera père de sept filles. La septième causera alors sa perte et mettra fin au conflit.
La prédiction du devin s’accomplit, Ogou a sept filles et aucun héritier. Il fait disparaître la dernière à sa naissance et croit ne jamais la revoir.
Alors qu’il est souffrant et proche de la mort, celle-ci fait irruption au palais et décide d’aller quérir le remède qui guérira sa maladie, allant à l’encontre de la prophétie.

Si vous avez raté la sortie de cet album avant l’été, rassurez-vous : vous n’avez rien loupé !
Pourtant, son alléchante couverture et des dessins aux couleurs magnifiques auraient de quoi ravir les plus septiques et attirer l’œil du lecteur.
En effet, Gyu impose sa patte d’un trait léger et détaillé très proche du manga. Il se fait aider à la couleur par Wang Peng (Au bord de l’eau), ce qui donne un rendu qui, bien qu’informatisé, reste vraiment très chatoyant et nous ramène un peu plus près du folklore Chinois. Une vraie réussite !

Du coup, contrebalançant ce beau voyage artistique, il aura fallu un scénario désastreux pour ruiner la lecture.
Alors que la prophétie s’annonce terrible et que le roi persécute son peuple sous la tyrannie, voilà que la fille qui doit lui donner la mort se convertit en sauveuse. Au début, on croit au gag scénique, on pense évidemment à un leurre. Mais non, le récit est d’une telle naïveté (c’est beau, mais c’est trop) que ça en devient rageant.

Avec une telle mise en image, on s’attendait à ce que le scénario tienne au moins un tant soit peu la route…
A priori il s’agit d’une adaptation d’un conte chinois. Mais il n’a aucune force, aucune profondeur, et sa fin est bâclée. Peut-être le rythme est-il trop rapide pour qu’on ne s’immerge dans l’univers de cette princesse ? Peut-être manque-t-elle cruellement de charisme. Il n’en reste pas moins qu’on est déçus lorsqu’on arrive à la fin de l’album… Dommage !

Princesse Bari
Œuvre originale (conte coréen)
Scénario : Gyu
Dessin : Gyu
Couleurs : Gyu, Wang Peng & Studio 9
Édition : Delcourt 2011
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “Princesse Bari

  1. Lunch dit :

    Par Choco le 05/10/2011 :

    Pfff… ces chinois… Z’arrivent pas à la cheville des japonais… ^^

    Par Lunch le 05/10/2011 :

    Il y avait eu lors d’une édition Angoumoisine un « Pavillon Chinois » (2008 si je ne m’abuse) et on pouvait y découvrir ce que faisaient les auteurs de ce tout petit pays.
    Plusieurs œuvres étaient exposées, avec à chaque fois des agrandissements de leur travail ou des planches. C’était assez intéressant et finalement assez surprenant.
    Graphiquement, c’est indéniable, ils n’ont rien à envier aux japonais (du moins sur ce que j’ai vu). Et Princesse Bari n’échappe pas à cette règle : c’est beau.
    Scénaristiquement j’avoue que je suis un peu déçu pour l’instant, mais il ne faut pas faire une généralité non plus… je vais essayer de chroniquer l’album que j’avais acheté pour l’occasion lors de ce festival, pour voir ce que ça donne tiens… on sera un peu mieux fixé ! (oui j’ai honte, mais je ne l’ai pas encore lu, depuis tout ce temps ^^).

    Par Choco le 09/10/2011 :

    Je grossissais un peu le trait sur les japonais car je suis fan connue et reconnue de tout ce qui vient de chez eux ^^
    Après, ceci dit, je suis tout de même assez peu sensible à leur production… Je ne me souviens pas d’un album ou d’un manga chinois qui m’ait marqué…
    au fait, je rêve où tu as mis un module de recherche par date ? 🙂

    Par Lunch le 09/10/2011 :

    Non non, tu rêves pas. J’ai un peu galéré mais j’ai réussi à le faire. Je désespère pas de regrouper bd et manga sur la même recherche mais pour l’instant j’y arrive pas.

    J'aime

  2. […] me plonge corps et âme dans la BD chinoise… Après mon désarroi devant la lecture de Princesse Bari, j’essaie de me réconforter ailleurs. Un monde idéal, c’est une série que […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :