Pinocchio

2

15 septembre 2011 par Lunch

pinocchio_winshluss

avatar_lunch

Lunch

Vous connaissez tous Pinocchio, et probablement en premier lieu le dessin animé adapté du roman de Carlo Collodi (de son vrai nom Lorenzini) Les aventures de Pinocchio, adapté au grand écran par Walt Disney. Ce conte de fée moderne, écrit par le journaliste de 1881 à 1883, est devenu par la suite le deuxième livre le plus vendu en Italie derrière la célèbre Divine comédie de Dante Alighieri, et a allègrement dépassé les frontières transalpines, propulsé par ses nombreuses adaptations : une reconnaissance mondiale.

Rappelez-vous tous ces principes fondateurs qui font la force de l’œuvre. Essayez de vous remettre en tête les événements majeurs de l’histoire : le génie de Geppetto, la création du pantin, ses rencontres, son nez qui s’allonge, la baleine…
Ça y est, vous y êtes ? Mélangez tout ça ! Secouez très fort, gardez seulement les morceaux les plus gros. Ajoutez un peu de piment : des éléments fantastiques tirés d’autres contes célèbres (Blanche neige et les sept nains), un zeste d’actualités (radioactivité, contrebande) et d’histoire (nazisme, Jack l’Éventreur mais avec la bauta du médecin italien), mêlez à ça un rien de vision prophétique (la religion est complètement absente du roman originel), de saleté, de cafards, de fric et de sexe… Voilà, vous êtes prêts à découvrir ce qu’en a fait Winshluss (de son vrai nom Vincent Paronnaud, auteur de Monsieur Ferraille, Pat Boon ou encore Welcome to the Death Club) : un cocktail extrêmement riche et totalement détonnant !

Certes cet album, qui a reçu la distinction suprême du Fauve d’or à Angoulême en 2009, n’est plus un conte pour enfants. L’auteur parle à un public averti et décrit un monde avec beaucoup de cynisme. Pinocchio y représente la naïveté absolue, il se laisse guider par les événements sans rien voir ni comprendre de l’horreur qui l’entoure, de toute cette vermine qui lui cours après.
Il évolue en plein cœur du théâtre des pêchers capitaux d’une humanité en déclin, où personne ne croit plus en rien.
C’est triste, mais c’est aussi un moyen de dénoncer la société d’aujourd’hui, de plus en plus préoccupée par la consommation, l’enrichissement et l’égoïsme plutôt que par l’entraide ou l’écologie.

Pour porter son histoire, Winshluss nous présente un récit qui se passe la plupart du temps des mots. Les cases se succèdent et se suffisent à elles-mêmes. Seuls quelques passages, et en particulier la vie trépidante (et inutile) de Jiminy Cafard (le Jiminy Cricket du Pinocchio version Winshluss), comportent du texte. Un monde de cafards qui ressemble à s’y méprendre au nôtre par ailleurs, alors que l’extérieur en serait une vision plus noire.
Les dessins torturés nous montrent la saleté du monde, portés par des couleurs sombres et souvent grises.
Et puis il faut également féliciter l’éditeur, les Requins Marteaux, pour la très grande qualité de cet album. Son format nous rappelle le bon gros livre de conte, volumineux et riche en ornements. Et puis ils n’ont pas lésiné sur le support, la reliure ou encore les pages, tellement épaisses qu’on croirait en prendre trois à chaque fois qu’on les tourne, pour un confort de lecture incroyable.

roaarrr

– Fauve d’or Angoulême 2009

Pinocchio (One shot)
Œuvre originale (Roman) : Carlo Collodi
Scénario : Winshluss
Dessin : Winshluss
Couleurs : Cizo, Frédéric Felder, Thomas Bernard & Frédéric Boniaud
Édition : Les requins marteaux 2008
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “Pinocchio

  1. Lunch dit :

    Par Mo’ le 16/09/2011 :

    C’est vrai que l’objet en tant que tel est superbe !
    Il m’a fallut plusieurs lectures pour pouvoir apprécier cet album.

    Par Lunch le 16/09/2011 :

    Nous on l’a trouvé très bien d’emblée. Badelel l’a même relu d’ailleurs et avec plaisir. Mais pas de chro ^^

    J'aime

  2. […] bédéphiles admirent surtout Winshluss pour son adaptation très remarquée de Pinocchio, primée à Angoulême par un Fauve d’or, la consécration suprême. Ceux qui l’ont lu ne […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :