Le sang du dragon #1 : Au-delà des brumes

Poster un commentaire

5 septembre 2011 par Lunch

sang_du_dragon01

avatar_lunch

Lunch

Deux siècles plus tôt, il était un pirate écumant les mers à bord de son vaisseau, le Cornik. Il s’agissait de Mell-Talec, un Capitaine atypique, puisqu’il n’était pas humain : c’était un Korrigan, ce petit être des légendes celtes, qui avait su s’éloigner de son pays natal pour braver les eaux. Il avait avec lui un atout majeur et imparable, un carte dont la magie rendait son navire invisible aux yeux de ses cibles. Son trésor serait inestimable… c’est ce trésor que le Capitaine Hannibal Meriadec convoite aujourd’hui !

Il faut croire que je fais dans la piraterie. Après Pavillon noir, me voilà à chroniquer un autre album sur le sujet, et toujours chez Soleil.
Cette fois je reprends une vieille lecture puisque Le sang des Dragons a été édité en 2005. Comme le temps passe vite !
Aux manettes, Jean-Luc Istin (Les druides, Le cinquième évangile…), l’un des fers de lance de la maison toulonnaise, accompagné pour le dessin de Guy Michel.
Ces deux là se connaissent bien puisqu’ils travaillent ensemble depuis quelques temps déjà (Aquilon, Les contes du Korrigan).

Le premier opus du Sang du Dragon nous amène à la recherche de la carte magique du regretté Mell-Talec, au cœur d’un folklore celtique bien ancré dans la maison d’édition et qu’il faut mettre à toutes les sauces, et pourquoi pas dans la piraterie.
Pourquoi pas oui…
Le récit nous balade dans l’autre monde, celui des elfes de la forêt de Scissy, entre autres. Mais ce n’est là qu’une étape, car on se rend vite compte qu’il faudra trouver d’autres artefacts encore pour que le Capitaine Hannibal Meriadec parvienne à ses fins !
Bref, on ne sait pas encore trop où on va, mais on y va !

Côté graphisme, on peut apprécier le dessin bien vivant de Guy Michel (qui ne maîtrise pas encore très bien les formes généreuses des femmes, puisque c’est Jean-Luc Istin qui s’est octroyé ce rôle). Les bouilles des personnages sont plutôt charismatiques. On a le gros tatoué Thorn, le rusé Maclaw et bien entendu le Capitaine (évidemment barbu, mais ça a plus de classe) Hannibal Meriadec. On regrette cependant que les femmes ne soient pas à la hauteur au niveau de l’expression… mais il faut dire qu’il y en a peu.

Puisque j’ai lu Pavillon noir il y a peu, je me permets quelques points de comparaison :
– Le scénario d’Istin est d’apparence plus dense, mais on sait pas trop où il nous mène… très regrettable ! Et puis j’ai quand même apprécié le final du tome 1 de Pavillon noir.
– Le dessin de Michel est appréciable, un bon point !
– Décidément, cette couleur informatique est d’un classique…

Allez, on se ressaisit et on file lire des épopées plus prenantes pour se remettre à flot ! Dorison, Lauffray, Blain et Mattiussi ont encore une belle marge !

Le sang du dragon #1 : Au-delà des brumes
Scénario : Jean-Luc Istin
Dessin : Guy Michel & Jean-Luc Istin
Couleurs : Sandrine Cordurié
Édition : Soleil 2005
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :