L’histoire du corbac aux baskets

2

15 août 2011 par Lunch

histoire_corbac_aux_baskets

avatar_lunch

Lunch

Alors qu’il se réveille le matin avec des plumes à la place des poils, Armand Corbackobasket décide de consulter un psychiatre, mais pas n’importe lequel ! Il l’a choisi pour son nom : le docteur Verle Corbo ! Ce dernier, excentrique pour le commun des mortels mais non moins revêtu du costume d’apparat de circonstance, ne remarque pour seul problème que ces baskets immondes que son client porte aux pieds.
Un corbeau taille humaine doué de parole, voilà qui pourrait prêter aux plus piquants quolibets. Mais pourquoi diable le monde se focalise-t-il sur ses baskets ?

Fred, de son vrai nom Fred Othon Aristidès, déverse tout son talent et son humour dans la bande dessinée depuis l’âge de 20 ans. Si Philémon est sa série phare, avec pas moins de 15 albums, L’histoire du corbac aux baskets est en revanche la plus reconnue, auréolée d’un Alph-Art du meilleur album à Angoulême en 1994.

L’histoire du corbac aux baskets est un album tout en dérision. Un homme va voir un psy parce qu’il s’est transformé en corbeau, mais on comprends bien vite que la source de tous les problèmes ne vient pas du costume, mais des baskets. Le mal-être n’est-il pas de ne pas être bien dans ses pompes ?
Un récit ubuesque à prendre au 10ème degré, bercé par une rhétorique abracadabrante. Tout n’est que jeux de mots. On est dans l’extravagance la plus extrême et les personnages, dont la répartie est exemplaire, sont haut en couleur. Si le malade est résolument fou, que dire du psychiatre qui accueille ses patients avec un entonnoir en guise de couvre-chef et un stylo plume plus grand que lui à ses côtés, et qui prends ses notes sur un siège bébé inconfortable ?

« Bah ! J’y suis habitué, c’est mon bureau. Je l’avais déjà quand j’étais petit… tout petit… petit… petit… petit…
_ Ça n’a pas beaucoup changé…
_ … Un enfant… Eh oui… je n’étais alors qu’un enfant… Que dis-je, un enfant ? Un bébé, oui ! Un petit bébé ! … Et qui prenait déjà ses bouillies sur cette chaise… Il faut toujours remonter à l’enfance… toujours… Aujourd’hui je prends mes notes sur la même chaise… mais je continue aussi à y prendre mes bouillies. Cette chaise est devenue mon bureau alimentaire… … À propos, c’est quatre cents francs la consultation…
»

Certes, le graphisme de L’histoire du corbac aux basket à vieilli, mais passé cette barrière vous comprendrez pourquoi l’album a suscité l’engouement du jury d’Angoulême en 1994.
Les dessins de Fred évoluent selon la circonstance, alliant la sobriété et le dépouillement de certains rêves aux richesses décoratives démesurées du palais de la Baronne. Il varie les styles aussi, comme l’illustre ce passage en compagnie du Marquis, où l’alternance des traits forme les silhouettes. Une différence prolongée jusque dans le découpage, quand certaines cases débordent et envahissent l’espace pour proposer une chassé-croisé narratif.
Les couleurs sont le fruit de Jean-Jacques Chagnaud, un monstre de coloriste dont la longueur de la biographie est tout simplement hors norme. On lui doit entre autres Les eaux de Mortelune, Où le regard ne porte pas, et bien d’autres titres encore.

Un album Fre(u)dien à découvrir absolument, et surtout si l’on a le sens de la répartie !

roaarrr

– Alph-Art du meilleur album français Angoulême 1994

L’histoire du corbac aux baskets (One shot)
Scénario : Fred
Dessin : Fred
Couleurs : Jean-Jacques Chagnaud
Édition : Dargaud 2009 (1° édition 1993)
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités
«

2 réflexions sur “L’histoire du corbac aux baskets

  1. […] le monde devrait lire au moins une fois un épisode de Philémon ou un autre de ses classiques (L’histoire du Corbac aux baskets, L’histoire du conteur électrique…) et s’imprégner de cet univers déjanté […]

    J'aime

  2. […] un petit air de ressemblance (volontaire ou pas) avec l’univers loufoque de Fred (Philémon, L’histoire du corbac aux baskets…) dans ces fortuites rencontres. Si l’ambition est là, le ressenti reste différent. […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :