Dieu en personne

1

11 avril 2011 par Lunch

dieu_en_personne

Lunch

Lunch

« Oui… bon… alors, cette identité ?
_ Dieu.
_ Dieu. Di-eu. Comme ça se prononce, j’imagine. Prénom ?
_ Dieu.
_ Oui, j’ai compris, mais Dieu comment ?
_ Dieu Dieu. Mais en général on m’appelle Dieu tout court.
»

Tout commence lors de ce recensement. Un lieu sans nom, mais qui nous fait obligatoirement penser à Ellis Island, accueille un mystérieux personnage. Parmi les milliers de personnes qui se présentent, l’un d’eux dit s’appeler Dieu. Au début personne ne le croit bien entendu. Et puis peu à peu, cela prend tout son sens. Toute son ampleur aussi. Car un phénomène comme celui là est évidemment remarquable et remarqué.
Dieu est venu voir le monde qu’il a créé !

« Évidemment… c’était une question idiote. Et quelle est la raison de votre présence ?
_ Ah ! Vous les hommes et votre raison ! Vous êtes-vous déjà interrogé sur la raison des questions ? La raison a-t-elle une raison d’exister ? … Pourquoi faudrait-il que les choses n’aient plus de pourquoi ?
_ Pourquoi pas ?
_ Ce n’est pas une raison.
»

Vous l’aurez compris, inutile de lui demander pourquoi il se trouve ici.
Marc-Antoine Mathieu, scénographe de formation, a pris pour habitude d’innover et de surprendre pour chacun de ses albums. La scénographie c’est l’art d’agencer l’espace. On peut dire que la bande dessinée est un support comme un autre pour ses expérimentations : la case absente, la lecture à double sens… ce ne sont pas les idées visuelles qui manquent.
Seulement voilà, Dieu en personne est un album tout à fait différent. L’auteur a choisi de donner du relief à un personnage, déclinant ce qui peut lui arriver sous toutes ses formes : procès, image, merchandising, étude, recherche, etc… Il ne s’agit pas de la même mise en scène, mais ça reste une mise en lumière d’un homme qui, pourtant, n’a pas de visage.

Vaste programme que de confronter le tout-puissant au monde d’aujourd’hui.
Cela donne souvent le droit à des scènes pour le moins loufoques. Et les texte de Marc-Antoine Mathieu sont en ce sens un véritable régal, tout en finesse et en jeux de mots.

« Alors ? Dieu acteur ? Dieu Spectateur ? Un piètre metteur en scène ! Dans ce monde imparfait, pourquoi Dieu n’agit-il pas ? Pourquoi ne change-t-il pas les choses ?
_ Notre client ne peut pas accepter que nous ne puissions pas trouver par nous-même les solutions à nos problèmes… N’oublions pas qu’il nous a créés… notre échec serait son échec.
_ Allons bon. Dieu joue aussi aux échecs ?
»

Dieu au théâtre de l’absurde, dans une monochromie parfaite pour jouer le jeu de l’ombre et de la lumière. Ce qui rend le côté scénique mais qui donne aussi un penchant intemporel à l’œuvre. Le rapport au passé (recensement, vêtements, appareils électroniques, etc…) est par ailleurs tout aussi important que les allusions au futur (technologie, intelligence artificielle, etc…) dans l’album, ce qui nous laisse planer entre deux époques.

Un album qui m’a ouvert l’appétit sur un auteur atypique que j’ai envie de découvrir plus.

Badelel

Badelel

Addendum du 25/09/2012

Au début je pensais introduire cette note par un truc du genre : « Si Dieu s’incarnait sur Terre aujourd’hui, comment serait-il accueilli ? ». Mais en fait non, Dieu en Personne, ce n’est pas vraiment ça. Ce serait plutôt un truc du genre « Comment faire apparaître le ridicule de notre civilisation avec philosophie ? En utilisant l’image de Dieu ». Il s’agit bien là d’une critique de l’hypermédiatisation, car un tel événement – Dieu sur Terre – créerait invariablement des conflits de croyance. Là ils ne sont nullement effleurés, et tout le scénario est construit sur la base d’une société éminemment athée comme la nôtre.
Un avis qui n’a pas changé par contre : c’est fait avec énormément d’intelligence ! Poussée jusqu’au bout de son concept, cette BD amène à réfléchir sur notre société autant que sur certaines questions théologiques concernant l’existence de Dieu, son omnipotence, son universalité (le fait qu’on ne voie jamais Dieu de face est-il en lien avec l’interdit de représentation de Dieu chez les Musulmans ?), etc.

Évidemment, c’est du Marc-Antoine Mathieu, on ressent donc bien souvent le travail de scénographie dans la mise en page (et un petit clin d’œil au Philémon de Fred p.89). Là encore, rien à redire, c’est du beau travail !

Mais alors pourquoi, alors que Dieu en Personne a toutes les qualités requises pour être une excellente BD, pourquoi sa lecture m’a parue si ardue et m’a si peu emballée ? C’est comme s’il manquait une âme à cette BD (et elle traite de Dieu ? C’est un comble…). Elle est froide et manque d’émotion. Elle parle au cerveau, mais non au cœur, et du coup, ça fait flop…

roaarrr

– Prix Nouvelle République BD Boom 2009
– Prix de la critique ACBD 2010

Dieu en personne (One shot)
Scénario : Marc-Antoine Mathieu
Dessin : Marc-Antoine Mathieu
Édition : Delcourt 2009
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “Dieu en personne

  1. Lunch dit :

    Par Mo’ le 26/09/2012 :

    La chronique de Badelel me donne envie de réagir. Je te rejoints complètement sur le ressenti de cette BD. Je l’ai apprécié mais si je n’ai pas eu l’accroche attendue, j’avais mis cela sur le compte de la déferlante de références qu’il contenait. Je me suis sentie parfois inculte, ignare… du coup, ça gâche et m’a donné l’impression que je n’avais pas le bagage culturel pour apprécier cet album dans son ensemble.

    Par Badelel le 26/09/2012 :

    C’est vrai que cette BD est bourrée de références, mais le sentiment que tu décris, je l’attribuerais plus facilement à Habibi : je me suis sentie toute petite devant ce monument de connaissances, et ça ne m’a pas empêchée d’être littéralement séduite.
    Du coup j’aurais du mal à attribuer à l’ignorance cette froideur vis à vis de la lecture de Dieu en Personne…

    Par Lunch le 26/09/2012 :

    Concernant l’hommage à Philémon, je n’avais pas fait attention à cette page.
    On pourrait y voir un hommage à Fred tout court d’ailleurs, puisque la scène se passe dans le cabinet d’un psychiatre (Le corbac aux baskets).
    Deux références sur une seule et même page, ça ressemble fort à un hommage oui.

    Pour le ressenti, je dirais que l’ambiance « grise sombre » de la BD n’aide pas à l’immersion. C’est froid comme couleurs (si on peut parler de couleurs).

    Par Mo le 06/10/2012 :

    On sent quand même sur de nombreux passages, qu’il y a un petit « plus » qui se passe. On sent le clin d’œil, on décèle parfois une forme de complicité dans la manière dont le propos est formulé. Ça donne envie de sourire, d’en savoir plus mais vu qu’on n’est pas (en tout cas moi) dans le « private joke », ça gâche un peu. Je l’avais fait lire à ma belle-mère (tiens… je ne vous avais jamais parlé d’elle :P) et elle avait vu des liens (littéraires essentiellement) que je n’avais même pas remarqués ! Je crois que je pourrais le lire mille fois et qu’à chaque fois, j’y verrais une nouvelle référence. La culture gé de cet auteur écrase un peu le lecteur quand même (enfin, je ne sais pas pour vous, mais ça me fait cet effet-là ^^)
    Dites-donc les gens, faut avoir une sacrée culture bd pour passer votre filtre anti-spam 😀

    Par Lunch le 06/10/2012 :

    J’ai refait le filtre anti-spam parce que les bots parvenaient à le passer. J’ai essayé de poser des questions BD et j’ai aussi voulu le rendre accessible (deux lettres à renseigner, le reste de la réponse étant donné). Maintenant je sais pas si c’est accessible pour tout le monde, je me posais la question… tu le trouves trop sélectif ?

    Je peux carrément donner des lettres à recopier.

    Sinon concernant MAM, j’ai aussi cette impression parfois qu’il est « au-dessus » de nous, qu’il nous prend en quelque sorte de haut. Ce n’est pas le cas bien entendu, mais c’est en effet une impression qu’on peut avoir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :