Les derniers jours d’un immortel

1

16 janvier 2011 par Lunch

derniers_jours_immortel

Lunch

Lunch

Elijah est un policier très réputé. Alors qu’il enquête sur le meurtre d’un écho, il est mandaté pour une autre affaire, d’une importance capitale. Pour la satisfaire, il va devoir créer lui-même un écho, un double de sa personne, bien conscient que cela affectera sa mémoire et occultera certains de ces souvenirs les plus anciens.

Les derniers jours d’un immortel, c’est le nouvel album de ce très grand scénariste qu’est Fabien Vehlmann. Moi qui avait adoré Jolies Ténèbres, dessiné par Kerascoët, j’ai voulu prolonger la découverte de l’auteur avec un autre de ses titres, lui aussi nominé pour la sélection officielle d’Angoulême en 2011. Les années se suivent et se ressemblent. Mais un jour viendra probablement où ce prolixe scénariste de talent sera récompensé par un prix lors du festival référence en France.

Car du talent ce monsieur n’en manque pas. Ses récits sont toujours surprenants et innovants. Là encore, on est plongé dans une histoire étonnante qui ne laisse pas indifférent. Mais rassurez-vous, vous qui n’avez pas aimé Jolies Ténèbres, le sujet et le ton sont totalement différents.
Cette fois, nous voilà plongé dans la science-fiction, dans une enquête épineuse aux côtés d’un policier immortel.

Le monde décrit par Vehlmann n’a pas grand chose à voir avec celui qu’on connait. Le scénario fourmille d’idées. La plus fantasque d’entre elles se nomme « écho ». Les échos sont des sortes de clones que chaque homme peut créer de façon à se dupliquer. Cela leur permet d’être à plusieurs endroits à la fois. Ces échos sont des entités véritables, même si elles sont aussi une partie de l’être premier, celui qui les a engendrés. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais c’est une idée qui m’a beaucoup plu et qui remet en cause pas mal de questions existentielles, et notamment l’immortalité, la notion de vie et de mort. D’autres innovations gravitent autour de ça : les funérailles par exemple, moment choisi par un immortel pour mettre volontairement fin à ses jours.

Dans ce monde là, d’autres formes de vie extra-terrestres existent et se côtoient, la téléportation est monnaie courante, et il est même possible de changer de forme à sa guise. Les naissances sont contrôlées, la technologie s’est considérablement développée et les hommes sont capables de dominer les éléments.

Mais au-delà de l’enquête, c’est le personnage d’Elijah qui reste le plus intéressant : un immortel tellement différent des autres. C’est un homme apprécié pour sa perspicacité et son implication dans son travail, mais il est aussi quelqu’un de réfléchi et de très introverti. Alors que tout le monde ne cesse de créer des échos à outrance, ou de se transformer pour changer son apparence, lui recherche la stabilité et la mémoire. C’est cet attachement à la mémoire qui fait sa grande particularité, car il ne souhaite pas perdre (en créant des échos) les souvenirs qui le rattachent aux personnes qui lui sont chères, alors qu’il voit autour de lui des gens évoluer et peu à peu oublier.
Un homme qui privilégie la communication avec ses échos et le devoir de mémoire.

Le dessin de Gwen de Bonneval, à qui l’on doit entre autre Vierge froide et autres racontars ou Messire Guillaume, est simple et direct. Le trait est efficace et la colorisation absente. Mais en a-t-on réellement besoin sur ce récit ? Je ne crois pas.
J’ai beaucoup aimé la danse d’Elijah en page 19, la civilisation a vraiment évolué en ces temps indéfinis !

Je suis heureux d’avoir pu lire, grâce à la sélection officielle d’Angoulême, ce nouvel album de Vehlmann. Je ne sais pas s’il sera distingué d’un prix lors du festival, mais il mérite d’être lu : un bel album !

Les derniers jours d’un immortel (One shot)
Scénario : Fabien Vehlmann
Dessin : Gwen de Bonneval
Édition : Futuropolis 2010
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “Les derniers jours d’un immortel

  1. […] figure. Seuls abonde aussi dans ce sens, mettant la jeunesse en opposition directe avec la mort. Les derniers jours d’un immortel permet d’évoquer le devoir de mémoire tout en se posant la question de repousser les […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :