Inès

2

27 août 2010 par Lunch

ines

Lunch

Lunch

J’ai pour habitude de commencer mes chronique par un bref résumé. Mais pour être franc, je sais pas trop comment aborder le sujet, alors je vais me passer de ce traditionnel début.
Inès, c’est une bande-dessinée traitant des violences conjugales.
Comme ça, on est directement dans le vif du sujet.

J’ai mis beaucoup de temps à ouvrir cet album. Et pourtant, un petit peu à l’image de Je ne mourrai pas gibier d’Alfred, j’ai dévoré page après page sans déscotcher du bouquin. On est pris corps et âme à cette histoire orchestrée par Loïc Dauvillier. On a mal pour cette femme, on prie pour elle…

La femme a une peur bleue de son mari. Elle s’enferme tout autant physiquement que mentalement sur elle même. Elle s’isole, elle ne pense même pas à fuir. Et quand elle se décide à le faire, elle devient lâche. On est dans la peur, le non-dit et l’isolement.
Je ne sais comment on peut en arriver là. C’est le syndrome type de la femme battue qui est retranscrit ici. Celle qui n’ose pas parler de peur de tout perdre. Celle qui préfère prendre les coups plutôt que de se retrouver sans rien. Une victime des mots surtout, des mots retords, des mots malins, et qui font peut-être (sûrement) plus mal que les coups.
« Dis-toi bien que si tu me quittes, tu ne sera plus rien ! Plus personne te sautera ! »

Le texte est accompagné du dessin brut de Jérôme d’Aviau. Un dessin en noir & blanc, souvent plus noir que blanc. Il nous isole avec l’héroïne malgré elle, nous rappelant la noirceur de ses pensées : elle ne peux plus rien discerner dans une telle obscurité, coincée non pas physiquement, mais bien mentalement.
Son seul rayon de soleil, c’est sa petite Inès.
Et Inès, c’est le seul personnage de l’histoire à avoir finalement un nom. Comme si les autres n’avaient pas autant d’importance…

J’en viens du coup à me demander pourquoi. Et je pense que la réponse tient dans la conclusion, car c’est elle qui va subir toutes les conséquences de ces violences. C’est elle qui devra vivre avec ces blessures toute sa vie, avec ce qu’elle a vu, avec ce qu’elle a vécu, et avec ce manque…

Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture.
C’est un sujet difficile certes, mais c’est un album à lire absolument. Et il ne laissera personne indifférent !

Badelel

Badelel

Addendum du 03/10/2010

Loïc Dauvillier est un personnage des plus atypiques, mais en le rencontrant, on aurait peine à croire qu’il est l’auteur de scénarii tels que Ce qu’il en reste, Comment je me suis fait suicider, Nous n’irons plus ensemble au canal Saint Martin ou… Inès. Des bandes dessinées aux thématiques graves et violentes. Des thématiques qui plombent oserai-je dire, et qui nous montrent la détresse humaine sans fard.

Dans Inès, la violence conjugale est à l’honneur, et derrière elle, la violence des rapports humains, l’aveuglement ou la lâcheté de l’entourage, les drames familiaux. C’est une bande dessinée qui culpabilise, en abordant une situation à laquelle nous pouvons tous être confrontés sans pour autant savoir comment réagir. Aspect introduit par le jeune couple de voisins et l’ami de la famille, mais aussi par l’anonymat des personnages. Deux prénoms en tout et pour tout dans l’album : Franck, l’ami de la famille, et Inès, dont on n’apprend qu’à la fin à qui appartient le prénom.

Les auteurs instaurent une ambiance de profond malaise. D’Aviau use ici de contrastes clairs-obscurs saisissants, d’ombres envahissantes travaillées par de grandes lignes. Les pensées de la mère semblent dégouliner de leur « bulle » de courts traits noirs. Le scénario est basé sur de longs silences, des regards, des non-dits. Tout le long de l’histoire on suit le personnage de la mère, et on se persuade qu’elle est le personnage central de l’histoire, la fameuse « Inès » indiquée sur le titre. Quant à « la petite », elle est présente en spectatrice tout le long, comme sur la couverture du livre, elle se cache derrière l’histoire de sa mère. On ne sait pas ce qu’elle pense de la situation, on ne sait pas ce qu’elle en comprend. Comme dans la réalité en fin de compte, on ne pense aux enfants que quand il ne reste plus qu’eux. Et après avoir installé le malaise d’une situation conjugale et familiale dramatique, on finit sur un autre malaise : que va devenir cette enfant, sans parent et après avoir vu ce qu’elle a vu ?

Inès (One shot)
Scénario : Loïc Dauvillier
Dessin : Jérôme d’Aviau
Édition : Glénat 2009
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “Inès

  1. […] fois qu’il me touche vraiment avec un récit (il m’avait pas mal chamboulé sur Inès). Il a ce regard si particulier sur l’enfance qui donne suffisamment de relief pour plusieurs […]

    J'aime

  2. […] qui fait réfléchir. Il ne s’agit pas non plus d’une thématique aussi lourde qu’Inès, mais le récit véhicule tout de même un message. Je suis ravi de cette lecture, mais pas encore […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :