La Nef des fous #1 : Eauxfolles

Poster un commentaire

22 août 2010 par Lunch

nef_des_fous01

Lunch

Lunch

Le Roi crie au scandale tout en descendant les escaliers qui relient ses appartements à son premier interlocuteur : il pleut dans ses appartements !
Ce dernier, sommé de réveiller l’ensemble du peuple d’Eauxfolles, il allait se mettre à exécution lorsque le Grand Coordinateur arrive à la mention de son seul nom, et prends en charge de lui céder son logement et son élastomobile le temps de s’occuper des réparations…

Le monde de La nef des fous a quelque chose de fascinant.
On dirait que l’imagination de Turf est sans limite, mêlant allègrement les genres et les époques, inventant des noms et des objets saugrenus, et n’ayant pas peur de tourner ses personnages au ridicule. Il se dégage de partout ce mystère qui engage à aller voir plus loin et de comprendre tous les sous-entendus et les secrets qui se cachent dans les pages de l’album.

Mais restons sur ce premier opus, qui nous présente ses charismatiques personnages :
Le Roi bien entendu, gras, bougon et excentrique.
Ce Grand Coordinateur, omnipotent, moche et fourbe. Il a un petit quelque chose d’Iznogood (mais en moins charismatique) peut-être ?
La Princesse Chlorenthe n’est pas en reste non plus, belle mais exigeante et au caractère bien trempé.
Il y a aussi le fou, le plus mystérieux de tous les personnages sans aucun doute.
Et puis il ne faut pas oublier tous les personnages secondaires, qui bien que secondaires, ont aussi une importance et un comportement bien salé, dont les deux policiers Baltimore et son Sergent.

Je suis donc curieux, mais pas encore conquis.
L’album est drôle et possède une grande folie qui me plaît. Il a ce petit côté secret qui me donner envie de lire la suite.
En revanche, je ne sais pas si c’est la construction qui me gêne le plus, un peu brouillonne ? Ou tous ces dessins chargés d’un monde mêlant plusieurs tableaux. Comme si le flux d’imaginaire n’était pas contrôlé et en devenait envahissant.
En tout cas, lisons la suite pour se faire une idée plus précise !

Badelel

Badelel

Addendum du 31/08/2010

Dans cet univers-là on ne sait plus très bien qui est le fou : le roi Clément XVII ? Les ministres ? La milice ? Le Grand Coordinateur ? A choisir, le moins fou du tas serait sans doute le fou lui-même. L’univers de la Nef des Fous a au moins un adjectif qui lui convient : loufoque !

C’est sur ce fond absurde que se trame un coup d’état dont l’auteur nous fait déjà sentir qu’il n’est que la face visible de l’iceberg (et que dire du trafic de coloquintes ?). Quelque chose de bien plus gros, qui semble dépasser l’entendement des habitants d’Eauxfolles, se prépare. D’ailleurs, qu’est-ce qu’Eauxfolles ?

On ne ratera pas au passage les clins d’œil épars, dont le plus beau reste le logo Delcourt sur les capuches à la Ku Klux Klan. Je ne peux m’empêcher de voir dans l’incendie du théâtre un clin d’œil au Théâtre de la Fenice, mais ça ne peut venir que d’une forme de conditionnement : le dernier incendie de la Fenice n’a eu lieu que trois ans après la parution du premier tome de la Nef des Fous

La Nef des fous #1 : Eauxfolles
Scénario : Turf
Dessin : Turf
Édition : Delcourt 1993
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :