Je ne mourrai pas gibier

5

22 juillet 2010 par Lunch

je_ne_mourrai_pas_gibier

avatar_lunch

Lunch

L’histoire est déjà écrite. Le mal est déjà fait.
Le décor est posé dès l’entame de l’album : une célébration de mariage qui aurait dû être festive et joyeuse. Mais au final elle se finit en bain de sang.
Bilan : 5 morts, 2 blessés graves, et 1 blessé léger… celui là même qui a voulu se jeter par la fenêtre après avoir canardé tout ce beau monde, celui là même qui, répugné par la connerie humaine, a voulu tout pulvériser…

Après une telle entame, il fallait tout expliquer. Comment un jeune homme, étudiant la mécanique dans la ville voisine, avait pu en arriver là ? Il n’a même pas de nom d’ailleurs, ce garçon. Comme si son rôle était finalement minime par rapport à tous les autres. Comme s’il n’était là que pour raconter la bêtise des autres. Comme s’il son acte ne valait pas la somme des leurs.
Mot après mot, page après page, on apprends ce qu’il s’est passé dans sa vie et dans sa tête. On se prend d’affection pour Terence, l’idiot du village, au même titre que notre principal protagoniste. On se met vite à haïr Frédo, de même pour Arnaud.
Le livre déboule a une vitesse effroyable, on ne maîtrise plus rien… on subit ! Pire encore, on comprends !

En refermant le bouquin, on a cette sensation d’avoir lu un album très dur, et pourtant il y a cette impression de légèreté et d’accessibilité. Tout s’est passé tellement vite. On compte et on recompte les morts, on essaie de voir qui s’en est sorti. On s’étonne de comprendre ce gamin qui a pu commettre tout ça, bien qu’on ne puisse cautionner un tel acte.
On sait que ça aurait pu être pire…
« J’aurais aimé avoir un fusil-mitrailleur à ce moment-là, un gros bazooka. Ou un avion de chasse.
J’avais vu des missiles tomber sur une ville, à la télévision.
Un seul d’entre eux aurait suffi pour balayer Mortagne de la surface de la terre.
Mais il ne tombait pas de missiles par ici. »

En bref, c’est un récit particulièrement bien mené et surtout très convaincant, d’après le roman de Guillaume Guéraud que je n’ai pas lu.

J’ai accroché à fond sur le contenu.
Le dessin paraît imprécis, brouillon, dur… je ne suis pas un grand partisan de ce type de trait, mais je ne peux qu’admirer le résultat, qui colle parfaitement à la narration et qui donne le ton.

Une lecture vraiment très plaisante.

Je ne mourrai pas gibier (One shot)
Œuvre originale (Roman) : Guillaume Guéraud
Scénario : Alfred
Dessin : Alfred
Couleurs : Henri Meunier
Édition : Delcourt 2009
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

5 réflexions sur “Je ne mourrai pas gibier

  1. Lunch dit :

    Par Yaneck le 25/07/2010 :

    Je partage pleinement ta critique.

    J'aime

  2. […] avec un trait fin et assumé, fait de formes simples et de lignes claires : contrairement à Je ne mourrai pas gibier, les ombres inquiétantes et les hachures nerveuses n’ont pas leur place ici. On reconnaît […]

    J'aime

  3. […] mis beaucoup de temps à ouvrir cet album. Et pourtant, un petit peu à l’image de Je ne mourrai pas gibier d’Alfred, j’ai dévoré page après page sans déscotcher du bouquin. On est pris corps […]

    J'aime

  4. […] je me dois de tempérer mon enthousiasme… La comparaison avec Je ne mourrai pas gibier, là encore adaptation d’un roman éponyme, est pour moi obligatoire (je ne prétend pas […]

    J'aime

  5. […] fait, on retrouve une certaine similitude avec d’autres histoire du genre comme Je ne mourrai pas gibier : on connait la fin dès le début et on sent monter en puissance un malaise lattent et, pour […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :