Julien Boisvert

Poster un commentaire

11 avril 2010 par Lunch

julien_boisvert

avatar_lunch

Lunch

Julien Boisvert est un fils de bonne famille. Abandonné par son père parti alors qu’il était tout petit. Délaissé par sa mère, pianiste de renom. Il a dû se débrouiller seul depuis son plus jeune âge. Mais la vie n’en a jamais fait quelqu’un de débrouillard pour autant.
Mais lorsqu’un jour, sa mère refait surface et décide de rester quelques temps chez lui, c’est la goutte de trop et il décide de se prendre en main en acceptant une mission en Afrique pour son travail. Ainsi, il aurait la paix !

Cela fait un moment qu’on a cette intégrale de 4 albums dans la bibliothèque. Mais je n’avais jamais été particulièrement tenté par la lire. Et puis aujourd’hui on a parlé de Michel Plessix et du fait qu’on n’avait pas de dédicace pour cet album parce qu’il ne savait plus dessiner que le chien. Alors je me suis lancé.

Pour être franc, même si j’ai lu plutôt rapidement le volumineux pavé, je ne suis au final pas très emballé. J’ai trouvé la lecture agréable, mais pas forcément à mon goût, c’est tout.

Tout d’abord le graphisme me paraît un peu vieillot, contrairement aux autres œuvres de Plessix que j’adore, le vent dans les saules et sa suite le vent dans les sables. Et puis la tête du héros, et sa façon de s’embourber dans des histoires qui ne le regardent pas forcément me font vraiment trop penser à Spirou. C’est peut-être une inspiration lointaine d’ailleurs… j’en sais rien.

Ensuite l’histoire…
Le tome 1 me laisse un goût amer. Julien Boisvert se fait berner pendant tout le bouquin, les mecs qu’il rencontre font ce qu’ils veulent et pire que tout : on sait que c’est eux qui ont foutu le feu au début et le héros de l’histoire ne le sait pas, c’est rageant ! Et en plus, il perd son premier amour parce qu’il est trop naïf. Et il n’essaie même pas de la retrouver… Franchement, autant c’est le tome que j’ai préféré d’un point de vue narration, autant il m’a beaucoup frustré.

Dans le tome 2, il rencontre sa future femme. Mis à part ça, il se mêle surtout de choses qui ne le concernent pas (un gamin qu’il emmène promener alors que son père refuse qu’il sorte de peur qu’on le kidnappe). Évidemment, ça lui jour des tours…

Le tome 3 se déroule au Mexique cette fois, après l’Afrique et l’Angleterre. On y apprend que Julien Boisvert a fui ses responsabilité d’adulte lorsque son fils est né. Là bas, il a refait sa vie, ouvert un restaurant et suit des cours de chamanisme. Les choses se corsent quand sa femme le retrouve et lui présente son fils… qui a bien grandit. Les conflits naissent alors avec sa nouvelle femme, jalouse au plus haut point.

Et au final, le tome 4 réconcilie Julien Boisvert avec son père, qu’il n’avait plus vu depuis tout petit. Il avait fui le domicile conjugal alors que son fils était tout petit encore… ce qui n’est pas sans rappeler quelqu’un.
Un tome qui clôt la série et qui est aussi une manière de dénoncer la ségrégation raciale qui sévissait aux États-Unis.

Ce qui est intéressant dans la construction de ces 4 albums, c’est le cheminement de Julien Boisvert. Au départ, ce n’est qu’un gosse naïf qui ne connait rien à la vie. Et puis il passe les épreuves, tout en reproduisant les mêmes erreurs que son père avant lui. En cela c’est une belle leçon de vie… après… je ne suis pas très fan.

roaarrr

– Prix des libraires 1993 (T1)
– Prix du Jury Œcuménique 1996 (T4)

Julien Boisvert (Format intégrale)
Scénario : Dieter
Dessin : Michel Plessix
Couleurs : Isabelle Rabarot
Édition : Delcourt 1998 (1° édition 1996) (T1 : 1989 / T2 : 1991 / T3 : 1992 / T4 : 1995)
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :