Le mystère Nemo #1 : L’île

Poster un commentaire

6 mars 2010 par Lunch

mystere_nemo01

Lunch

Lunch

Nous sommes en pleine guerre de sécession. Cyrus Smith, Nab, Pencroff, Harbert et Gédéon Spilett sont prisonniers dans une ville sudiste et passent leur journée à jouer au poker.
Lorsqu’un énigmatique inconnu leur propose une évasion à l’aide d’une montgolfière, ils se lancent de suite dans cette folle escapade.
Confrontés à un terrible ouragan, ils atterrissent en catastrophe sur une île déserte…

Mathieu Gabella nous avait enchanté sur La Licorne, et Kenny Ruiz nous avait emballé avec Le chasseur d’éclairs. Alors une série qui sort avec ces deux auteurs ne pouvait pas ne pas finir dans notre bibliothèque. Il fallait qu’on la découvre.
Trêve de médecine et de monstres imaginaires, cette fois Mathieu Gabella nous emmène en voyage sur l’île mystérieuse, l’un des plus célèbres romans de Jules Verne.
Pour avoir lu quelques explications de l’auteur, il a voulu approfondir tous les mystères du roman, en partant des moindres petits éléments qu’il voulait bien fournir. Le but étant de partir à la découverte de cet énigmatique Capitaine Nemo, un indien qui a perdu sa femme en luttant contre les Anglais.
Un roman de Jules Verne ? Oui mais non ! C’est une véritable histoire à part entière, rassurez-vous.

Mathieu Gabella n’a en rien perdu son sens de l’accroche scénaristique. C’est du moins ce que j’en conclus à la fin de la lecture de ce premier opus, qui en comptera vraisemblablement trois.
Néanmoins, je trouve que ça commence doucement, trop peut-être. Et je trouve aussi qu’on n’adhère pas assez aux personnages principaux. C’est quand même un monde mais… je me suis plus attaché au Prince Dakkar et sa femme Anusha qu’aux prétendus héros. L’histoire du couple Indien a quelque chose de poignant, leur passif est lourd et leurs émotions transparaissent dans le peu de pages où ils s’affichent (contrairement aux autres finalement, qui sont bien plus présents mais au final presque transparents).
J’ai noté un point qui semble fasciner Mathieu Gabella en tout cas, c’est la physique et la science ! Dans La Licorne il abordait sans retenue la médecine et le fameux « mouvement perpétuel » de Léonard De Vinci, et là c’est des électro-aimants à répulsion magnétique.

Du côté dessin, j’avoue que j’ai été très déçu, et en particulier au début de l’album avec l’ouragan. Ces tons bleus à outrance qui assombrissent la scène ne m’ont pas plu. Ensuite, c’est plus chatoyant. Passé ces premières pages difficiles, qui corroboraient avec la mise en place laborieuse du scénario, le reste de la BD m’a donné envie de lire la suite.
Mais il faudra encore attendre un peu pour cela !

Le mystère Nemo #1 : L’île
Scénario : Mathieu Gabella
Dessin : Kenny Ruiz
Couleurs : Maz !
Édition : Delcourt 2010
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :