L’île sans sourire

2

7 décembre 2009 par Lunch

ile_sans_sourire

Lunch

Lunch

Un homme débarque seul sur une île battue par la tempête. La petite embarcation qui l’avait amené jusque là reviendra le chercher deux semaines plus tard.
L’homme en question se nomme Milander Dean, il est géologue et arrive dans cette petite communauté de pêcheurs pour étudier les pierres environnantes.
À peine arrivé, il croise la route d’Elianor Mise « Yukinde », qui signifie merveilleux. La petite fille est toujours joviale et déborde d’énergie, tout le contraire de notre mystérieux bonhomme qui ne lâche jamais un sourire…

L’île sans sourire porte vraiment bien son nom. Car tous les adultes sont mornes et tristes. Il n’y a guère que les enfants qui portent encore un peu de joie de vivre. Les maisons sont peintes et décorées avec des couleurs vives pour égayer leur quotidien, on leur raconte sans arrêt des histoires extraordinaires, à croire qu’on ne veut pas qu’ils grandissent, de peur qu’ils deviennent adultes, qu’ils deviennent comme les autres…
Mais quel secret cache tous ces artifices ?

L’île sans sourire est une histoire fantastique qui est née des mains d’Enrique Fernández, que j’avais déjà découvert dans son adaptation du Magicien d’Oz. Si les dessins sont toujours aussi ronds et pleins de couleurs, ravissant nos yeux ébahis, cette fois le scénario est de lui (Le Magicien d’Oz était scénarisé par David Chauvel). Et mis à part la narration que je trouve parfois une peu lourde pour un livre qui se veut simple, je n’ai vraiment rien à redire sur ce conte pour enfant vraiment sympathique à lire, et qui devrait plaire à toute la famille, du plus grand au plus petit.
Le contraste entre la tristesse des adultes et la joie des enfants est vraiment exacerbée par la venue de ce géologue renfermé sur lui-même et qui serait sur cette île comme une baleine dans l’océan, en permanence accompagné par la petite Eli et sa débordante activité.
C’est plein de regards, de sourires, de belles choses, de réalité mais aussi de fantastique. Et c’est le mélange de tout ça qui fait de l’île sans sourire un album vraiment plaisant.

L’île sans sourire (One shot)
Scénario : Enrique Fernández
Dessin : Enrique Fernández
Édition : Glénat 2009
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

2 réflexions sur “L’île sans sourire

  1. […] Les contes, il se les approprie petit à petit, il en fait presque son crédo. Il signe avec L’île sans sourire son second (si je ne m’abuse) album solo. L’an passé, il nous faisait vivre une fable […]

    J'aime

  2. […] beaucoup plus poussif. J’essayais tant bien que mal à lui dire que son travail sur L’île sans sourire était très différent graphiquement mais qu’avec Aurore il renouait plus avec […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :