Servitude #1 : Le chant d’Anorœr

3

30 mai 2009 par Lunch

Servitude 01

avatar_lunch

Lunch

Kiriel, le maître d’armes du Roi Garantiel d’Anorœr, va épouser sa fille alors qu’il n’est qu’un roturier. Le Roi est sage et souhaite du sang neuf dans sa lignée, mais cette union n’est pas non plus scellée sans but : Kiriel devra surveiller les agissements suspects sur le territoire des cousins, les Vériels. En effet de nombreux convois d’armes disparaissent, et cela devient inquiétant, sachant que Nilïn est la principale forge du royaume.

Le pays va mal, non seulement les ennemis ancestraux refont surface, mais il est aussi rongé de l’intérieur. Et cette fois les géants ne sont plus là pour protéger les hommes… le méritent-ils seulement ?

Servitude sort clairement des sentiers habituels de chez Soleil. Une histoire d’héroic fantasy rondement bien menée, basée sur une légende et qui ne nous distille les informations qu’avec parcimonie. On entrevoit avec enthousiasme les prémices d’un scénario mouvementé par les luttes de pouvoir. Dévouement et trahison, sagesse et corruption, loyauté et tromperie… les rôles sont merveilleusement distribués, les personnages sont tous très différents. Il y a des retournements de situation, des victoires, des échecs. Tout ça dans un seul tome et qui se termine par une de ces fameuses pirouettes qui fait qu’on attend la suite avec impatience.

Attention toute particulière aux traits soignés d’Éric Bourgier, un dessin riche en détails, souligné par une colorisation sépia qui accentue l’ambiance peut-être décadente du royaume, les moments de tristesse, l’arrivée de l’hiver…
J’ai cru comprendre que la couleur était faite à la main. C’est peut-être aussi ça qui rend un peu plus encore le charme de la série. D’autant que les effets de lumière sont vraiment somptueux. Là encore, une gageure qui prends du temps, et qui n’est pas habituelle des éditions Soleil ou bande dessinée équivaut trop souvent à rendement.

 

Badelel

Badelel

Addendum du 18/01/11

S’il ne devait y avoir qu’une seule chose à retenir de Servitude, ce serait le dessin. Un trait et une mise en couleur à couper le souffle. Les aquarelles sépia donnent un volume étonnant à un trait fin, fouillé, expressif et vivant.
Bon heureusement, il n’y a pas qu’une seule chose à retenir ! Malgré une thématique et (au moins à ce qui paraît sur ce premier tome) un univers tout à fait conventionnels, le scénario s’écarte des sentiers battus. Plus qu’un simple Med-Fan, on plonge dans les ténèbres de la politique, des coups fourrés, de l’inceste. En guise de baston, de véritables carnages. Ce n’est pas vraiment le genre de BD qui finissent sur un happy end, et c’est tant mieux !
Une histoire sombre donc, que l’illustration et les couleurs subliment (et oui, encore !). Le trait détaillé donne aux personnages tout leur caractère. Le décor grandiose exprime toute la puissance de la dynastie d’Anorœr (enfin… euh… pas de spoil !). Les teintes sépia approfondissent l’ambiance sombre et glauque de ces univers pervertis.
On applaudira une fois de plus ces efforts consentis par la maison Soleil pour proposer parmi leur catalogue un tantinet ordinaire une œuvre qui sort du lot.

Servitude #1 : Le chant d’Anorœr
Scénario : Fabrice David
Dessin : Éric Bourgier
Édition : Soleil 2006
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

3 réflexions sur “Servitude #1 : Le chant d’Anorœr

  1. […] la première bande-dessinée du duo David & Bourgier. Comme j’ai énormément apprécié Servitude, dans un tout autre genre, je me suis également procuré ce one-shot, pour voir, puisqu’il […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :