Garulfo (Format intégrale #2)

Poster un commentaire

30 décembre 2008 par Lunch

garulfo02

avatar_lunch

Lunch

Garulfo est une grenouille. Non ! Pas un de ces crapauds immondes, une admirable et pertinente grenouille, qui ne rêve que d’une seule chose : quitter sa mare et devenir un homme !
Un jour il fait la rencontre de Dame Héphylie se faisant raconter l’histoire d’une grenouille se transformant en prince lorsque la princesse l’embrasse. Il ne lui faut pas en entendre plus pour se rendre compte qu’il s’agit là de LA solution qu’il attend depuis toujours. Mais malgré une arrogante tentative, le miracle ne se produit pas. Qu’à cela ne tienne, il n’a plus qu’à trouver un fée qui exaucera son vœu !

Ayant eu cette bande dessinée bien après sa parution, j’ai la version intégrale en deux tomes. Le livre premier est composé des tomes 1 et 2 de la série.
Et je ne peux que regretter de ne pas l’avoir lue plus tôt tellement elle est enjouée.
Je ne sais pas ce que j’ai préféré dedans, de la grenouille téméraire aux ambitions démesurées à l’improbable conte de fée revisité, en passant par les conversations hilarantes entre Fulbart le canard et Garulfo notre héro, les nombreuses méprises, les quiproquos, et les innombrables retournements de situation burlesques !
Et j’en passe bien évidemment… cette bande-dessinée est un chef d’œuvre comique dans un univers médiéval-féérique, parfaitement accompagné par les traits soignés et précis de Bruno Maïorana.

Badelel

Addendum du 23/08/2010

Dure vie que celle des grenouilles. Garulfo, grenouille mâle bien sous tous rapports, en fait les frais. Son rêve ? Devenir un homme, cette espèce révérée peuplée de nobles chevaliers et de belles dames. L’univers ? Celui des contes de fée, mais pas vraiment un conte enchanteur. Les princesses sont capricieuses, les chevaliers sont tout sauf preux, un roi au passé de coureur de jupon. Et parmi tous ces parvenus terriblement humains, Garulfo, innocente créature, découvre que les contes de fée ne le sont pour personne, grenouilles comprises.

La grande force de Garulfo, ou plus exactement du premier cycle, c’est cette confrontation entre les contes de fée et la réalité. Entre la perversité humaine et la dure loi de la nature, on préfèrera très vite la seconde. Il y a également l’innocence du héros qui teinte le tout d’un humour très particulier et donne ce ton complètement décalé. La chute ne se termine pas tout à fait sur un happy end, la sorcière donnant la mesure, détail franchement plaisant. Rien ne laisse espérer une suite, de quoi ravir les petits budgets.

Quant au dessin, il est à la fois simple et fouillé. Il souligne le côté fictif de l’histoire et s’accorde tout à fait avec le faste des cours royales. Quinze ans après la parution du premier tome, il ne s’est pas démodé, pas plus que le contenu lui-même, rapidement devenu un classique de la bande dessinée, à raison.

Garulfo (Format intégrale #2)
Scénario : Alain Ayroles
Dessin : Bruno Maïorana
Couleurs : Thierry Leprévost
Édition : Delcourt 2004 (T3 : 1997 / T4 : 1998 / T5 : 1999 / T6 : 2002)
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :