Chaque chose

1

16 décembre 2008 par Lunch

chaque_chose

avatar_lunch

Lunch

C’est l’histoire de Julien Neel et de son père.
Aujourd’hui Julien s’en va rendre visite à son père souffrant. Un voyage vers l’hôpital dans lequel il rencontrera sa belle-mère et se confrontera à son passé.
C’est souvent lorsqu’on traverse des moments difficiles qu’on s’accroche le plus au passé. La narration nous transporte aux côtés de l’auteur dans un chassé-croisé entre ses visites auprès de son père au quotidien et des vacances avec lui lorsqu’il était enfant. Le récit nous plonge dans son enfance au cours d’une véritable introspection, un partage avec les lecteurs, une histoire intimiste où passé et présent s’entremêlent. On passe d’une page à l’autre de la réalité aux souvenirs, sans aucune brutalité, le plus naturellement du monde, tout comme il l’avait fait avec Lou ! Les transitions sont douces et la lecture agréable, tantôt triste ou tournée à la dérision, elle parvient à nous faire sourire malgré le contexte délicat.

Le dessin du « père de Lou ! » est très différent de celui qu’on lui connaît. On voit que Julien Neel a voulu s’éloigner un peu des sentiers habituels pour ce livre, qui ne s’adresse pas au même public, un trait plus fouillé qui exprime mieux les sentiments qui ont dû le traverser durant sa conception.

A découvrir absolument !

Badelel

Badelel

Addendum du 29/10/2011

Chaque chose porte bien son titre. Il relate de ces petits riens qui ont toute leur importance et qui vous forgent pour la vie. Dans ce livre, Julien Neel se livre avec pudeur alors que, devenu père, il redevient un fils. Il aborde ses souvenirs d’enfance et les liens qu’il a tissé avec son propre père, lui rendant ainsi hommage.

L’histoire est simple, intime et émouvante, relatant de faits graves, mais le ton reste narquois, l’humour subtil et doux. Une petite mise en abyme avec l’élaboration de l’album que l’on tient dans les mains est un clin d’œil amusant qui replace l’histoire dans la réalité. La construction du récit en particulier (une fusion des séquences enfance/âge adulte) est séduisante et permet d’alterner le passé et le présent avec originalité, tout en montrant à quel point l’expérience actuelle replonge l’auteur/narrateur dans ses souvenirs. Neel a d’ailleurs réutilisé cette technique dans le tome 4 de Lou!.

Le trait de l’auteur garde un côté naïf, innocent et attractif mais la multiplication des traits d’ombres ajoute une certaine gravité à l’ensemble, en particulier sur les scènes contemporaines, rappelant ainsi que Chaque chose est destiné à un public adulte.

Chaque chose (One shot)
Scénario : Julien Neel
Dessin : Julien Neel
Couleurs : Carole Neel
Édition : Gallimard 2006
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “Chaque chose

  1. […] et Manolo en slip en fourrure. Et puis la construction du récit, qu’on retrouve dans Chaque chose avec les situations qui se répondent entre elles et qui dynamisent pas mal […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :