Au bord de l’eau #1

4

1 mai 2008 par Lunch

au_bord_de_l_eau01

Lunch

Lunch

Sous le règne de Ren-Zong, la capitale chinoise est au cœur d’une grande épidémie meurtrière. Il chargea le grand maréchal Hong-Xin de délivrer un message au maître céleste descendant des Han, afin qu’il viennent à la cour pour officier à la grande cérémonie des libations et qu’il prie l’Empereur d’en haut d’épargner le peuple.
Bien des années plus tard, sous le règne de Zhe-Hong, Gao Qiu est nommé grand maréchal, mais n’en reste pas moins la canaille qu’il a toujours été. Son premier fait sera d’humilier Wang Jin, maître d’arts martiaux et instructeur des huit cent mille gardes impériaux. Celui-ci prendra la fuite pour éviter le déshonneur.

Alors voilà, aujourd’hui, il faisait un temps magnifique, je me suis installé sur la terrasse, ma BD à la main, un beau soleil berçant ma lecture et donnant au couleurs la chaleur qui va bien pour le meilleur des conforts.

D’abord attiré par le dessin tape à l’œil du Dieu Singe de son compatriote, j’ai laissé Angélique se procurer cet album. Mais en le découvrant, j’ai vraiment trouvé son contenu riche et fantastique (contrairement à l’autre).
La technique de dessin employée est peu commune, mais vraiment extraordinaire, avec un jeu de couleur rayonnant et des expressions ultra réalistes.

Au niveau du scénario, tout comme pour le Dieu Singe, il s’agit d’un récit tiré d’un des romans classiques les plus connus de la littérature chinoise. Celui ci évoque la légende des 108 brigands, les hors-la-loi les plus connus de l’Empire, qui se révoltèrent contre les autorités en place.
On pourrait penser perdre le fil avec autant de noms chinois qui se mélangent, mais la construction du livre et l’approche des personnage est intéressante et très bien amenée, je trouve. L’auteur prend bien le temps de détailler et présenter les protagonistes tour à tour, pour une compréhension très bonne.
Si bien qu’à la lecture de la dernière page, il nous tarde vraiment de connaître la suite !

Je vais mettre à cet ouvrage la note maximum, parce que je trouve la qualité du dessin vraiment superbe, et le récit nous donne vraiment envie d’approfondir : j’ai pas levé les yeux du début à la fin !

Au bord de l’eau #1
Œuvre originale (Roman) : Shi Nai’an
Scénario : Jean-David Morvan
Dessin : Wang Peng
Édition : Delcourt 2008
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

4 réflexions sur “Au bord de l’eau #1

  1. Lunch dit :

    Par yaneck le 26/02/2009 :

    Fort intéressant. Je suis plus Japon que Chine, mais ta critique me fait envie. Vais noter ça sur ma fiche de bd « à regarder ».

    J'aime

  2. […] graphisme, nous sommes bien en deçà des exigences d’un Princesse Bari ou Au bord de l’eau. C’est beaucoup moins léché, c’est plus rond et enfantin, avec une couleur moins […]

    J'aime

  3. […] trait léger et détaillé très proche du manga. Il se fait aider à la couleur par Wang Peng (Au bord de l’eau), ce qui donne un rendu qui, bien qu’informatisé, reste vraiment très chatoyant et nous […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :