Le dérisoire

1

27 avril 2008 par Lunch

derisoire

Lunch

Lunch

Un capitaine bossu, écrasé par le poids du métal de son navire en décrépitude. Un bateau inachevé, avec des fantômes comme unique équipage. Il aura fallu la venue de la belle Constance pour égayer la monotonie du marin, l’emmener loin de ses ombres quotidiennes, dans son monde onirique….

Après la lecture de ce poème, on ne peut que rester perplexe devant la beauté, non seulement du scénario étincelant, mais aussi de ce merveilleux coup de pinceau.
Une histoire envoutante et déconcertante, qui peut se découvrir ou se rêver, au gré du lecteur. Une fable exquise, comme l’est tout autant Constance, une inconnue qui s’approprie le lieu, qui s’approprie l’histoire, mais dont on ne sait rien. Elle joue avec le Capitaine, lui donne un rôle qu’il n’a jamais eu, l’éveille à la vie, le guide… mais vers quel destin ?

À noter que l’album a reçu l’Alph-Art du dessin lors du festival d’Angoulême 2003.

roaarrr

Alph-Art du meilleur dessin Angoulême 2003

Le dérisoire (One shot)
Scénario : Éric Omond
Dessin : Olivier Supiot
Édition : Glénat 2002
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “Le dérisoire

  1. […] par l’Alph-Art du dessin lors du très reconnu festival d’Angoulême, pour son album Le dérisoire, sur un scénario d’Éric Omond. Vous comprendrez donc aisément que la recette fonctionne […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :