Dédicace : Abdallahi #2

Poster un commentaire

2 février 2008 par Badelel

35ème festival d'Angoulême du 24 au 27 Janvier 2008

35ème festival d’Angoulême
du 24 au 27 Janvier 2008

Lunch

Lunch

Seconde dédicace, le personnage central de l’histoire : René Caillié. Celui qui tente le pari fou d’être le premier blanc à entrer dans la cité mythique de Tombouctou.
Le pigeon, un peu oublié, est ici symbolisé plus que représenté, mais il y avait du monde derrière nous qui attendait !

Sur la page de gauche, le petit mot de Christophe Dabitch :
« Pour Angélique et Jérôme
Le tout avec Tombouctou est de savoir en sortir.
Amicalement,
Christophe Dabitch »

J’ai demandé à Jean-Denis Pendanx si ça le dérangeait qu’on vienne lui rendre visite à l’atelier pour voir la façon dont il travaille. Je serais très heureux de passer à l’occasion. Voilà qui est dit !

Merci encore pour ces deux dessins, et pour cet agréable moment.

Badelel

Badelel

On en a profité à fond de cette rencontre, puisqu’on a également laissé passer une personne entre les deux dédicaces. La flaque de bave sur mon siège en carton était particulièrement considérable…

On a également discuté du travail que Jean-Denis Pendanx avaient pu faire par ailleurs. J’avais personnellement repéré une « Histoire de Bordeaux » donc le graphisme et la technique étaient très différents de ce qu’il avait fait pour Abdallahi. Il expliquait qu’en fin de compte, on ne le demandait plus que d’utiliser la même technique qu’Abdallahi, et que ça le frustrait pas mal car il utilise toutes sortes de techniques. Que celle qu’il avait utilisé là lui avait juste paru être la plus appropriée (et c’est vrai que le rendu des couleurs crée une véritable ambiance à la BD). Et qu’il aimait bien varier.

Nous avions déjà eu l’occasion de discuter avec Christophe Dabitch de son travail lors de sa dédicace avec Benjamin Flao à Bédélire. Donc pas grand chose de plus, si ce n’est qu’il est toujours sympathique de discuter avec les auteurs.

Bon, sur celle-ci, Jean-Denis Pendanx avait un peu oublié le pigeon, il l’a rajouté un peu à l’arrache, mais bon, on lui pardonne : on a tellement retenu son attention…

Dédicace : René Caillié
Par Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx
Lien vers l’album.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :