La ligne de fuite

1

8 octobre 2007 par Lunch

ligne_de_fuite

avatar_lunch

Lunch

1888 à Paris, le journal « Le Décadent » se prépare une nouvelle fois à publier un poème de Rimbaud … un pastiche de plus. Ce n’est pas là leur premier méfait, mais plutôt que de faire hommage au grand poète qui attire tant de convoitises, et dont personne ne sait ce qu’il est advenu, ce journal ne cesse de braver les interdits !
Adrien, l’auteur malgré lui, se voit confronté à sa réalité, et part à la recherche du vrai Rimbaud. Un voyage qui l’emmènera plus loin qu’il ne semblait l’imaginer….

Génial ! Grandiose ! Somptueux !
Si j’ai été attiré par la couverture de ce livre au premier coup d’œil, l’avis de mon Libraire (Bédélire, à Bordeaux) m’a convaincu de l’acheter les yeux fermés. Et après l’émerveillement d’Abdallahi, de ce même Christophe Dabitch, je ne suis décidément pas prêt d’être déçu, tant cette bande dessinée est excellente, une fois de plus.

Un voyage qui s’inspire de faits réels, avec les « faux » du journal en question, qui exista de 1886 à 1889, la disparition de Rimbaud, les nombreux poèmes parus avant 1888 dont le rythme des rimes nous accompagne tout au long de notre lecture.
Un voyage également à la découverte d’un auteur, d’un poète, et qui nous amène en Afrique, loin de tout… quelles sont les raisons d’un tel exil ? Quelles motivations, ou tentations, pourraient être assez fortes pour pousser un homme à s’éloigner de sa famille, de son pays, alors que la renommée l’avait gagnée ?
Un voyage vécu par notre héros malgré lui, Adrien, se perdant dans ses pensées et se cherchant lui-même, sur le chemin le menant jusqu’à Rimbaud….

Et il y a le dessin de Benjamin Flao, un dessin coloré, des traits fins et agréables, des scènes touchantes, des visages expressifs, des cases de transition, ajoutant aux décors une beauté fugitive.

Il aura sûrement fallu de nombreuses recherches à nos auteurs pour faire de cette bande-dessinée ce qu’elle est. Et on ne peut que les féliciter de ce travail merveilleux…. merveilleux, et si c’était le mot de la fin ?

Badelel

Incroyable ! Rimbaud est au cœur de cette BD tout le long et il n’apparait pas une seule fois.
Sur la base de faits réels à l’origine mais développés et romancés au final, Dabitch nous entraine dans l’aventure de la découverte de soi sur un scénario parsemé de poèmes d’Arthur Rimbaud.
Rimbaud n’est qu’une quête, un idéal absolu. Mais au bout de cette quête…

La ligne de fuite (One shot)
Scénario : Christophe Dabitch
Dessin : Benjamin Flao
Édition : Futuropolis 2007
La présentation de l’album sur le site de l’éditeur.
Publicités

Une réflexion sur “La ligne de fuite

  1. […] la lecture. Pour un premier album solo (il avait jusque là collaboré avec Christophe Dabitch sur La ligne de fuite et Mauvais garçons), Benjamin Flao nous gratifie d’un scénario d’une grande […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :